La motion sur l’interdiction des sacs en plastique est inapplicable

L’interdiction des sacs en plastique dans le Jura, ce n’est pas pour demain. Il y a une année, le Parlement jurassien avait accepté à une large majorité une motion socialiste intitulée « Interdiction des sachets plastique sur territoire jurassien ».
 
Mais cette disposition est inapplicable. C’est la conclusion à laquelle arrivent à la fois le canton et la Confédération. Parmi les arguments avancés, celui des contraintes posées par la motion socialiste. Selon le ministre jurassien de l’environnement Laurent Schaffter, il deviendrait par exemple illégal d’importer dans le Jura des produits déjà emballés dans ces fameux sacs. Cette question relève en outre des compétences fédérales, et non cantonales.
 
Manque de volonté politique
 
L’auteur de la motion, Michel Thentz, a été prévenu de cette décision la semaine dernière. Il estime que même si le titre du texte portait sur une interdiction, le fond de la motion comportait plus de précision, et concernait davantage des mesures visant à l’interdiction de la distribution des sachets en plastique aux caisses des magasins. Pour lui, le Gouvernement a manqué de volonté politique dans ce dossier.
 
Il n’y a en l’état pas de possibilité de recours contre cette décision. Mais Michel Thentz estime qu’en acceptant la motion par 39 voix contre 10, le Parlement avait fait preuve d’une volonté claire. Il indique donc que le groupe socialiste va discuter du dossier, et probablement déposer une nouvelle motion à ce sujet, qui précisera mieux les possibilités d’action du Gouvernement.
 
Des alternatives au plastique
 
Reste qu’il existe des alternatives à ces fameux sachets plastiques produits à partir de pétrole. Certains boulangers notamment distribuent désormais des sacs biodégradables et compostables. L’initiative vient de l’Association romande des artisans boulangers-pâtissiers. Jean-Pierre Conrad, boulanger au Landeron et responsable de la communication pour cette association, estime qu’il est positif que les boulangers contribuent globalement à préserver l’environnement.
 
L’une des entreprises qui fabriquent ces sacs biodégradables est BioApply, basée à Gland, dans le canton de Vaud. Le directeur, Frédéric Mauch, explique que BioApply propose toute une palette de produits certifiés biodégradables et compostables. Ils sont fabriqués à partir de bio-polymères, c’est-à-dire d’origine végétale, et peuvent donc être déposé sur le compost une fois utilisés.
 
Une fabrication certifiée européenne
 
Interpellé à ce sujet, le socialiste jurassien Michel Thentz se dit toutefois sceptique. Pour lui, on se trouve face à la même problématique que celle soulevée par la production massive de biocarburant; il juge discutable d’utiliser des terres pour produire des emballages, plutôt que de la nourriture.
 
Mais selon Frédéric Mauch, les deux questions ne sont pas comparables. Il précise que la matière première utilisée pour les sacs biodégradables vient d’Europe, et que toute la fabrication est européenne et suisse. D’ailleurs, ajoute le directeur de BioApply, si l’on remplaçait tous les sacs en plastiques par leur version bio, on aurait besoin de moins de 5% des terres européennes.
 
 
Tous les intervenants de ce dossier sont toutefois d’accord sur un point : c’est d’abord aux consommateurs de faire un effort pour l’environnement, en renonçant tant que possible à ces sachets en plastique polluants. Comme le résume Michel Thentz, "le meilleur sachet plastique est celui qu'on n'utilise pas". /lbe
Partager
Link
Météo