Deux ans de prison et 60 jours amende requis contre deux escrocs présumés

Peine requise dans l’affaire du concert de Miguel Angel Munoz organisé à Bassecourt en août 2006. Le Ministère public a demandé au tribunal de reconnaître l’organisateur et le producteur de ce pseudo spectacle coupables d’escroquerie. Il les accuse d’avoir vendu des billets pour un concert alors qu’ils savaient que le chanteur ne se produirait pas. En marge de cette affaire, un des prévenus devait encore répondre d’autres escroqueries exécutées sur Internet.

Compte rendu d’audience Patrick Buchwalder

Pendant près d’une heure et demie, le Procureur Yves Maître s’est adressé au tribunal pour démontrer la culpabilité des deux prévenus. Son réquisitoire aura été plus long envers le principal prévenu, qui est accusé de près de 70 cas d’escroquerie via Internet. Pour le Ministère public ces actes doivent être qualifiés d’escroquerie par métier. Dans l’affaire du concert de Bassecourt, pour le Procureur il s’agit aussi d’une escroquerie. Et les deux prévenus sont concernés. Pour lui, ils ont trompé les gens en leur vendant des billets en sachant que le chanteur ne se produirait jamais. Le but étant d’encaisser le plus d’argent possible. Le procureur a demandé 24 mois de privation de liberté dont 12 fermes envers le principal accusé, et une peine de 60 jours amende envers le deuxième. La défense a plaidé pour une peine avec un sursis total pour l’un et l’acquittement pour l’autre.

Le jugement sera rendu jeudi matin./pb

Partager
Link
Météo