L'Interprofession de la tête de moine porte plainte

L'Interprofession de la tête de moine veut retrouver les vandales qui ont tagué la tête de moine géante qui trône sur le giratoire de la Basse-Ferrière. « Le lait: la vie, son prix la mort» a été tagué sur la sculpture dans la nuit du 22 au 23 octobre, en marge des Olympiades de Fromages de Montagnes.
 
Qui doit payer ?
Une convention lie les ponts-et-chaussées du canton de Berne et l’Interprofession de la tête de moine concernant cette sculpture. Selon ce texte, c’est à l’association de prendre en charge le coût de ces dégâts. A la base, la sculpture a coûté 80 000 francs. Le canton de Berne a participé à hauteur de 10 000 francs comme pour toutes les décorations installées sur ses giratoires. Le reste a été payé par l’Interprofession de la tête de moine.
 
Plainte déposée
L’association a déposé plainte la semaine dernière contre inconnu. Elle veut retrouver les responsables de ces inscriptions. La facture de la remise en état sera sans doute salée : elle est estimée à plusieurs milliers de francs. Mais au-delà de l’ardoise à payer c’est le geste en lui-même qui dérange l’Interprofession de la tête de moine. Son gérant, Olivier Isler, le qualifie de « lâche ».

Pour l’instant, les travaux d’évaluation pour le nettoyage de la sculpture ont été réalisés. Olivier Isler espère que la tête de moine sera remise en état d’ici un mois au plus. /sb

Partager
Link

Galerie photos liée

01.05.2016
Météo