Séisme politique en Suisse... et la suite?

Beaucoup d’images et de sons resteront gravés suite à cette élection fédérale: l’inattendue Eveline Widmer-Schlumpf qui entre sous la Coupole et fait sa promesse; le discours de Christoph Blocher, son dernier avant de se plonger dans l’opposition; la Coupole fédérale assiégée par le peuple et les journalistes, etc... Et pourtant, ce qui vient de se passer à Berne n’est pas tout à fait terminé. Le commentaire de Lise Bailat.

Pas terminé, parce qu’une législature dure quatre ans et que durant ces quatre ans, ce sera au peuple de dire s’il confirme le choix d’Eveline Widmer-Schlumpf ou s’il aurait préféré que Christoph Blocher reste au chaud. Avec le tribun zürichois dans l’opposition, la Suisse doit s’attendre à beaucoup de blocages, de référendums, donc beaucoup de votations, et beaucoup de campagnes dures, peut-être encore plus dures que celles qu’on a vues jusqu’ici… Si ceux qui fêtent aujourd’hui ne se mobilisent pas aux urnes durant quatre ans, ils pourront vite ravaler leur champagne...

D’autant plus que Blocher n’est pas un petit bourgeois, mais un grand industriel, millionnaire, qui a promis qu’il allait lancer son propre journal s’il passait dans l’opposition. Un dirigeant à la Sarkozy ou à la Berlusconi qui sait qu’en contrôlant la presse, on musèle ses contradicteurs. Les Chambres fédérales ont dit leur ras le bol de Blocher au-delà des clivages politiques habituels, aux citoyens à présent de donner de la voix. Ce n'est pas tous les ans que Noël tombe un 12 décembre, alors prolongeons le plaisir...  

Partager
Link
Météo