Le Canton du Jura à la rescousse des batraciens

CrapaudTous les batraciens sont protégés par la loi depuis 1966 au plan national, mais les populations ne cessent de décliner, notamment en raison de la destruction de leur habitat. Douze espèces de batraciens sont présentes dans le Jura, dont deux tiers sont particulièrement menacées.

De nombreuses actions

Plusieurs actions ont été entreprises par l’Etat, comme la revitalisation des 36 sites d’importance nationale, le réaménagement de plans d’eau, ou encore la mise en place de «crapauducs», des installations fixes qui permettent la migration des batraciens sans qu’ils ne courent de risque en traversant les routes. Un inventaire des sites d’importance régionale et locale est également en cours.

Des barrières pour éviter que les batraciens ne se fassent écraser

Autre action mise sur pied chaque printemps: l’Office de l’environnement et les Ponts-et-Chaussées construisent des barrières de protection pour les batraciens aux abords des routes dans les endroits sensibles. Il faut dire qu’en Suisse, près d’un million d’individus périssent chaque année écrasés par des voitures. Une barrière de 450 mètres a notamment été installée entre Damphreux et Coeuve en Ajoie. Les batraciens qui migrent ne peuvent plus traverser la route, ils sont récupérés dans des seaux chaque matin et amenés sur leur lieu de ponte. Ce matin, une trentaine de crapauds et grenouilles rousses ont été récoltés par Edouard Roth, le coordinateur de la campagne.

Plus d’informations sur les batraciens

L’Office de l’Environnement vient de sortir une brochure qui explique les mesures de régénération mises en œuvre sur les sites de reproduction de batraciens d’importance nationale. Historique, populations en danger, aménagements, entretiens futurs et réalisations sont expliqués au travers de cette brochure. /pc

Partager
Link
Météo