La JSPJ ne veut pas quitter le parti national

La Jeunesse socialiste et progressiste du Jura n’a pas l’intention de quitter la jeunesse socialiste suisse. Samedi la section neuchâteloise a claqué la porte. Cette décision faisait suite à l'adoption en assemblée des délégués d'un papier de position controversé sur les religions.
 
 
La bisbille couvait depuis quelques mois.
 
En octobre dernier, lors d'une précédente assemblée des délégués à Soleure, la section neuchâteloise avait tout bonnement demandé la destitution du comité directeur en raison de sa «ligne politique de plus en plus radicale et extrémiste». Les Jurassiens avaient emboité le pas, dénonçant à leur tour la position du parti national. Mais cette fois, pas question de suivre les Neuchâtelois et de quitter le parti national.
 
 
Plus facile de se faire entendre si on est dans le parti national
 
La Jeunesse Socialiste Progressiste Jurassienne estime qu’elle a plus à perdre en quittant le parti national. «Sur ce point précis de la religion, nous ne sommes pas d’accord avec le parti suisse, mais nous acceptons les décisions prises démocratiquement» a déclaré Loïc Dobler, président de la JSPJ sur notre antenne. «Et nous partageons le même point de vue que le parti national sur de nombreux autres sujets», a-t-il ajouté.
 
Quand à la proposition des Neuchâtelois de former une nouvelle « société faîtière nationale », avec le Jura, Bienne et le Valais, Loïc Dobler ne ferme pas la porte, mais estime qu’ «on a plus de poids à l’intérieur du parti national qu’en créant une nouvelle fraction romande». /fqu
Partager
Link
Météo