Du PET, des boues et des camping-cars au menu du Conseil de ville de Porrentruy

Le Conseil de ville de Porrentruy a accepté ce soir une motion du PLR. Le texte prévoit l’aménagement d’une aire de stationnement et de service pour les camping-cars. Le district de Porrentruy est le seul du canton à ne pas offrir ce type de services. Seuls points de divergence entre les élus : l’emplacement et l’éventuelle perception de taxes.
 
 
Le Pet ne sera plus récolté par la ville de Porrentruy. Les élus ont accepté une motion du PLR allant en ce sens. La loi impose aux points de vente et aux producteurs de collecter eux-mêmes les bouteilles en PET, que ces bouteilles aient été vendues par eux ou par un concurrent. Ce n’est donc pas à la municipalité de s’en charger. Économie prévue : 44'000 francs.
 
 
Les conseillers de ville ont également approuvé la nouvelle fonction d’architecte-urbaniste rattaché aux services des travaux publics, sans création de poste. La personne choisie devra jouer le rôle de véritable promoteur de la ville.
 
 
Le projet d’une zone piétonne à Porrentruy… piétine. Le législatif bruntrutain a refusé par 20 voix contre 11 la motion du PCSI intitulée «Pour un véritable bilan de la rue piétonne des Malvoisins».
 
 
Les élus ont aussi ratifié un crédit de 2'836'000 francs. Cette somme servira à créer une infrastructure de séchage des boues d’épuration et doit permettre une économie de 150'000 francs par année. La station d’épuration de Porrentruy et environs, la SEPE doit en effet transporter chaque année mille huit cents tonnes de boues dans un incinérateur à Bâle. Cette opération lui coûte 420'000 francs sur un budget total de 1'100'000 francs. Pour diminuer ces coûts, l’assemblée des délégués de la SEPE a accepté à l’unanimité un projet de serres où les boues seraient déposées et séchées. Elles pourraient ensuite être reprises par des cimenteries.

En raison de l’importance du crédit, le projet devra encore passer par les urnes. /fq

Partager
Link
Météo