Une réhabilitation qui coûte trop cher... pour l'instant

Les passages à niveaux de la discorde… ou comment réussir à maintenir le budget de quelque 100 millions d’euros prévus pour la réouverture de la ligne Bienne-Belfort.
 
Ce sont près de 30 millions d’euros, soit plus de 40 millions de francs, que les porteurs du dossier vont tenter d’économiser. Ils doivent faire face à des exigences de sécurité qui ont une incidence très lourde sur le financement du projet.
 
La Préfecture met le turbo
 
Alors que l’ouverture de la ligne est désormais prévue en 2013 pour des raisons de planification et de procédure, la préfecture du Territoire de Belfort a décidé de mettre les bouchées doubles afin de présenter de réelles mesures d’économie d’ici cet automne. Des séances sont prévues tous les 15 jours afin de faire le point sur les différentes pistes étudiées pour baisser le coût des travaux.
 
A la recherche d'alternatives moins onéreuses
 
Il s’agira notamment pour les différents partenaires de trouver des alternatives à la suppression de certains passages à niveaux. Le projet initial prévoit par exemple la construction d’un viaduc à la sortie de Delle pour enjamber le passage à niveau qui sépare la localité de celle de Joncherey. Une nouvelle étude technique doit permettre de trouver d’autres solutions moins onéreuses. Reconnu pour son expérience dans ce domaine, l’Office fédéral des transports a d’ailleurs été intégré aux démarches.
 
Autres sources d’économies possibles, le fait de ne pas forcément refaire à neuf l’intégralité des ouvrages d’art qui se trouvent sur la ligne. Les porteurs du projet réfléchissent aussi à une diminution des places de parc aux abords des différentes haltes prévues sur la ligne. Un nouveau montage financier de l’ensemble du projet sera alors préparé pour être présenté au mois de septembre.
 
Des rames fabriquées en Suisse pour Bienne-Belfort
 
On retiendra encore que le matériel roulant a déjà été commandé auprès de l'entreprise thurgovienne Stadler Rail. Il devrait être du type rame Flirt comme le S3 qui roule entre Porrentruy et Bâle, mais il sera bicourant pour être compatible de part et d'autre de la frontière. Il doit encore être homologué par les différents partenaires. Quatre à cinq rames devraient rouler sur la ligne Bienne-Belfort. Le coût de ce matériel devrait dépasser les 40 millions de francs, un montant imputable celui-là au budget d'exploitation de la ligne. /gkl
Partager
Link
Météo