A Jour-J moins six d’une élection qui réserve des surprises

Le 21 octobre, nous saurons qui nous représentera à Berne. Une élection qui semble jouée d’avance au niveau des partis.

Aujourd’hui les jurassiens envoie deux PDC et deux socialistes sous la coupole. Même si deux sortants ne se représentent pas, cette formule magique qui prévaut depuis 12 ans devrait être reconduite cette année.

Analyse:

Difficile en effet pour le Parti Libéral Radical de ravir un siège à la gauche. Leurs candidats ne sont pas des «rassembleurs à la Michel Probst», et leur apparentement avec l’UDC pourrait leur faire perdre plus de voix qu’il ne leur en rapporte. Quant au Parti Chrétien Social Indépendant, il va certes affaiblir à la fois les PDC et les socialistes, mais cela ne devrait pas suffire pour décrocher un fauteuil. Le PCSI a d’ailleurs d’autres objectifs dans cette campagne: profiler des personnalités pour les prochaines échéances électorales. L’UDC enfin est encore trop faible dans le Jura pour prétendre à une place sous la coupole.

Les enjeux sont donc à l’intérieur même du PS et du PDC, au niveau des personnalités. Les deux anciens ministres, le socialiste Claude Hêche et le PDC Gerald Schaller, devraient trouver leur place à Berne, le premier aux Etats, le deuxième au National.

Pour le reste…difficile de savoir qui s’emparera des autres sièges. Aux Etats, la PDC Madeleine Amgwerd est sortante certes, mais sa colistière Anne Seydoux - cataloguée de centre gauche - pourrait attirer des électeurs des autres partis et lui faire de l’ombre.
Quant au syndicaliste Jean-Claude Rennwald, donné favori pour le siège socialiste du National, ce pourrait être la législature de trop. Son colistier Pierre-Alain Fridez - plus modéré - pourrait séduire au centre, même à droite et prendre le large…

Autant dire que s’il n’y a pas de surprise dimanche, ce sera déjà en soit... une sacrée surprise. /fq

Partager
Link
Météo