Les carnets de route d'un voyage pour Jura Afrique 3

Jusqu’à la fin du mois, nous vous proposons un voyage à travers l’Afrique… Lise Bailat est partie lundi de Delémont en compagnie de Claire Jeannerat. Les deux journalistes se rendent au Bénin. Elles y acheminent une voiture pour l’association Jura Afrique.

Lise Bailat nous avait quitté au Maroc, à Larache, lors de sa dernière chronique. Elle nous écrit aujourd’hui du sud du pays, de Tan-Tan…

Les portes du désert du Sahara sont franchies. Guelmin. Nous sommes à plus de 3 mille kilomètres de Delémont. Je demande mon chemin à un homme en mobylette. Il regarde la plaque de notre voiture et me répond en schwyzerdütsch… Cet homme en cheich bleu a habité 20 ans à Bâle ! Il nous conduit sur la bonne route et nous fait ses recommandations qui sont nombreuses… Il s’agit du Sahara occidental, on n’y entre pas comme dans un supermarché. La région réclame son indépendance, la police royale marocaine est bien présente, et puis c’est le désert… une promesse d’infini qui méprise le temps et ses principes.

Avant cet homme, il y a eu la traversée du Maroc, de Tanger à Tiznit, ses paysages grandioses, ses monts, ses côtes, ses vallées, sa nourriture savoureuse, et surtout son peuple… La plupart des Marocains sont authentiques et souriants. Ils font signe du bord de la route à cette voiture qui ne fait que passer, sans prendre ombrage ni de notre couleur de peau, ni de notre richesse, ni de notre manque de savoir-faire par moments… Ils nous attendent dans les ruelles, avant de nous glisser un bonjour éclatant, marque d’un français peu habile mais toujours bien présent… Ils regardent leurs troupeaux paître sous les arganiers, fondent, écrasés par le soleil la journée, gèlent dans leurs maisons de terre la nuit…un peuple tranquille, qui semble murmurer une invitation à la vie pleine et douce… Un chant que j’espère garder encore longtemps dans mes oreilles.

Partager
Link
Météo