Gouvernement : des économies difficiles à comprendre

Il voulait faire des économies, il se retrouve à délier sa bourse. Mercredi dernier, le Gouvernement jurassien a annoncé le déménagement du Service informatique (SDI) de Delémont à Delémont. Ce dernier quittera la rue de la Justice 2 pour s’établir aux Rondez.
 
Une histoire de déménagement
 
La mesure d’assainissement n°48 prévoyait de rapatrier le Bureau des personnes morales des Breuleux à Delémont pour réaliser quelques 200'000 francs d’économies. Tout le monde connait la chanson, la grogne des Francs-Montagnards a obligé le Gouvernement à revoir ses plans pour finalement ne transférer «que» le rappel d’impôts et l'impôt anticipé à Delémont, à la rue de la justice 2, lieu de travail du Service informatique.
 
Ce transfert-là oblige le Service informatique à quitter la rue de la Justice 2 pour s’établir dans un autre bâtiment, aux Rondez. Coût du transfert: 435'000 francs pour les aménagements d’exploitation, le mobilier nécessaire et la location 2010.
 
Où sont les économies ?
 
Puisqu’il n’a pas réussi à faire quitter Les Breuleux à l’ensemble du Bureau des personnes morales, le Gouvernement ne réalisera que quelques dizaines de milliers de francs d’économies, mais il va débourser plus de 400'000 francs pour transférer le SDI.
 
Si on pousse le raisonnement un peu plus loin, on constate qu’au lieu de réaliser 200'000 francs d’économie, le gouvernement se retrouve avec une somme de 435'000 francs à débourser.
 
Alors, Charles Juillard, ministre des finances, où sont les économies? «Nous en ferons avec le déménagement du rappel d’impôt et de l’impôt anticipé à Delémont mais pas autant qu’espéré. Le déménagement du SDI était lui une condition sine qua non pour trouver de la place pour loger le bureau des impôts à Delémont. Mais il faut dire aussi que ses locaux actuels ne sont plus adaptés et que le SDI pourra réaliser des synergies avec d’autres entreprises aux Rondez.
 
On ne peut pas simplement additionner le déménagement du SDI et retrancher les économies du Bureau des personnes morales, ce sont deux choses différentes qui ne s’excluent pas d’emblée mais qui ne se complètent pas non plus totalement.»
 
Et l'avenir du Bureau des personnes morales aux Breuleux ?
 
Aujourd’hui, les économies sont davantage professionnelles que financières. Toutefois, l’inquiétude règne encore au Bureau des personnes morales des Breuleux. Le bâtiment qui abrite ce Bureau appartient à la Caisse de pensions. Il est gentiment, petit à petit, en train de se vider.
Certains craignent pour son affectation future, ce n’est pas le cas du ministre Charles Juillard. «Il reste plus de vingt personnes dans ce bâtiment dont une partie sera peut-être vidée. On va discuter avec la Caisse de pensions pour y reloger quelque chose d’autre. On n’a pas encore de solution mais il ne faut pas qu’il y ait des inquiétudes particulières car ce bâtiment ne sera pas vidé.»
 
Le maintien du Bureau des personnes morales aux Breuleux risque encore de faire parler de lui. /clo
Partager
Link
Météo