La lutte contre l’érosion est en marche

Un risque d’érosion guette les terres cultivables de Suisse. Près de la moitié des surfaces agricoles en plaine seraient exposées, selon une carte nationale qui vient d’être éditée par la Confédération (à voir ici). Le phénomène conduit à une diminution de la fertilité, mais peut être réduit par certaines mesures que veut promouvoir l’Office fédéral de l’agriculture.

Un dispositif jurassien en trois axes

Le Jura, comme d’autres cantons, n’a pas attendu les résultats de cette étude pour mettre un dispositif en place. Mis sur pied par la Fondation rurale interjurassienne en collaboration avec le service de l’aménagement du territoire, de l’économie rurale et de l’environnement, il se compose de trois volets.

Quotidiennement sur le terrain

Le principal est un suivi au niveau des sols qui se traduit notamment par un inventaire permanent des constats d’érosion. Si une érosion est constatée sur une parcelle, la cause est recherchée. Si elle n’est pas due à des causes extérieures comme l’écoulement d’eau, des conseils sont dispensés à l’agriculteur pour apporter des améliorations à ses pratiques, en revoyant la rotation des cultures ou en favorisant les herbages par exemple. Si l’érosion se répète, un plan contraignant est mis en place. En dernier recours, dans le cas où l’exploitant ne s’y conformerait toujours pas, il risque des sanctions dans l’attribution des paiements directs.

Rechercher, tester, mettre sur pied

Le deuxième volet du dispositif est un projet de recherche en cours à Coeuve et Courcelon. Soumis à la fondation Sur La Croix, il vise à expérimenter certaines techniques culturales simplifiées, comme remplacer le labour en effectuant des semis directs ou utiliser les semis sous couvert, c’est-à-dire associer des cultures différentes.

Enfin, un projet appelé «sol-air-eau», soutenu par la Confédération, est dans sa phase d’étude. Mené par un groupe de travail composé d’agriculteurs, de représentants du service de l’économie rurale et de la FRI, il doit identifier les mesures qui ménagent le sol, l’air et l’eau. Il s’agit aussi de trouver les fonds pour aider les agriculteurs à les mettre en pratique, notamment en couvrant les pertes de rendement. Ce genre de mesures devrait être financé à 20% par le canton et à 80% par la Confédération. /iqu

Partager
Link
Météo