Le décompte se poursuit après la faillite de Crown Forex

Toujours pas de chiffres concernant la faillite de la société Crown Forex à Bassecourt.
 
Les créanciers avaient jusqu’à la fin du mois de juin pour faire connaître leurs prétentions financières.
 
Les avocats chargés de liquider la société ont reçu près de 3000 courriels à ce sujet, mais ils vont devoir désormais tous les examiner un par un avant de pouvoir faire le point de la situation. Sur place, les locaux abritent toujours le mobilier de l’entreprise et le bailleur ne semble pas pressé de les récupérer.
 
Une société non solvable
 
Crown Forex a dû cesser ses activités il y a maintenant plus d’un mois. Elle s’est faite épinglée au mois de décembre 2008 par la Commission Fédérale des Banques devenue depuis le 1er janvier l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers.
 
La FINMA a mis en faillite le 19 mai la société active dans le négoce en ligne de devises. Fondée et implantée dans le Jura depuis 2005, Crown Forex a été déclarée en faillite en raison de dettes et de prétentions à son encontre dépassant largement la valeur de ses actifs.
 
Les dirigeants de la société ont demandé un effet suspensif devant le Tribunal Fédéral administratif afin d’éviter les effets immédiats de la faillite, mais leur requête a été rejetée.
 
Des locaux toujours occupés
 
Depuis l’ouverture de la faillite de Crown Forex, le directeur de la société s’est rendu sans droit dans les locaux de la société à Bassecourt. Les avocats chargés de la liquidation lui ont clairement rappelé qu’il n’avait plus rien à faire dans le bâtiment et qu’il avait interdiction d’y pénétrer. Les locaux de l’entreprise pourraient être rapidement vidés si le bailleur en fait la demande, ce qui n’est pas le cas pour l’instant. /gk
Partager
Link
Météo