La taxe sur les piscines à Courroux finance une contre-prestation

La taxe sur les piscines à Courroux est tout ce qu’il y a de plus légale. C’est en tout cas son maire Yann Barth qui l’affirme.
 
Selon lui, la remise en cause de la taxe sur les piscines à Delémont n’a rien à voir avec la problématique telle qu’elle se pose depuis plus de dix ans à Courroux. La taxe qui rapporte près de 10'000 francs chaque année à la commune est en fait une charge de préférence selon les termes juridiques employés par le maire. Elle sert à financer des contre-prestations fournies aux propriétaires concernés. Elle est d’ailleurs votée chaque année sans aucun problème.
 
Comme l’explique Yann Barth, la taxe qui existe à Courroux n’est pas un impôt comme elle l’a été conçue à Delémont. Le maire explique que les autorités de Courroux ont créé cette taxe parce qu’il y avait à l’époque des problèmes d’eau face aux quelques 130 piscines qu’il fallait remplir au début de l’été. Il a fallu coordonner le remplissage et faire intervenir la voirie et le fontainier. La taxe ne fait que financer ces prestations, elle n’a jamais posé de problèmes et n’a jamais suscité de contestation.
 
 La taxe sur les piscines de Courroux a été validée par le service cantonal des communes. /gkl
Partager
Link
Météo