Bockel et Butzbach élus à Mulhouse et Belfort, Souvet battu à Montbéliard

Jean-Marie Bockel conserve la mairie de Muhlouse. L’ancien élu socialiste aujourd’hui membre du Gouvernement de Nicolas Sarkozy est réélu de justesse à l’issue du second tour des élections municipales en France voisine. A Belfort, le chevènementiste Etienne Butzbach est lui aussi réélu sans difficulté. En revanche, le maire UMP de Montbéliard Louis Souvet est battu. Après 19 ans de règne, il laisse la place à un socialiste, Jacques Hélias.
 
De nombreux habitants de Mulhouse lui en voulaient à Jean-Marie Bockel d’avoir accepté de siéger dans un gouvernement de droite. Maire de la sous-préfecture du Haut-Rhin depuis 1989, le secrétaire d'Etat à la Coopération et à la Francophonie ne l’a finalement emporté que de 168 voix sur son ancien adjoint, le socialiste Pierre Freyburger. Jean-Marie Bockel obtient 43% des suffrages au second tour, mais c’est tout de même près de 2000 voix de moins que lors de l’élection de 2001. A retenir également le score du Front National qui a rassemblé 14% des électeurs.
 
A Belfort, réélection sans surprise d’Etienne Butzbach. L’élu du MRC de Jean-Pierre Chevènement obtient 48% des suffrages et devance son rival, le député UMP Damien Meslot de 1600 voix, lui qui ne rassemble que 38% des électeurs. Le candidat du Modem et ancien membre du RPR, Christophe Grudler, est 3e avec un peu plus de 13% des suffrages. Cette division de la droite l’aura empêché de ravir la mairie de Belfort, véritable bastion de la gauche depuis mars 1977 et l’élection alors d’Emile Géhant.
 
En revanche, terrible désillusion pour le maire UMP de Montbéliard, Louis Souvet. Le sénateur du Doubs est battu d’un cheveu par le socialiste Jacques Hélias qui totalise un peu plus de 44% des suffrages. Quarante sept voix seulement séparent les deux hommes. Louis Souvet perd le fauteuil qu’il occupait depuis 1989. /gk
Partager
Link
Météo