L'évêque Kurt Koch prêt à relever un défi délicat

Le chemin de Kurt Koch mène à Rome. L’actuel évêque du diocèse de Bâle a été choisi par le pape Benoît XVI pour présider le Conseil pontifical pour l’unité des Chrétiens. Cet organe est l'un des plus importants des onze conseils pontificaux. En tant que spécialiste des questions œcuméniques, Monseigneur Koch semble avoir le profil souhaité pour assumer une telle charge. Pourtant dans le climat de tension qui règne actuellement entre le Vatican et les églises locales, cette nomination peut apparaître comme un cadeau empoisonné. Elle a inspiré ce commentaire à Gauthier Corbat :
 
« Un climat antiromain et une attitude de plus en plus distante envers le pape Benoît XVI ». Dans son communiqué adressé hier aux catholiques du diocèse de Bâle, Monseigneur Koch fait un constat préoccupant. Toutefois, il rejette l’idée que les positions prises par le pape puissent remettre en question le dialogue œcuménique. Dialogue que devra mener et promouvoir Kurt Koch.
 
Depuis l’accession de Benoît XVI au trône de Pierre, ce dialogue est devenu plus difficile en raison de ses positions. Le Vatican a rappelé en 2007 que l’Eglise catholique était « l’unique Eglise du Christ », ce qui a affecté les relations avec les protestants. Un rapprochement avec les orthodoxes étaient au programme, sans succès pour l’instant. Les discussions avec les anglicans sont aussi difficiles, depuis que le Pape a créé une structure d'accueil pour les fidèles  qui refusent les évolutions récentes de cette communauté, comme l'ordination des femmes et l'ouverture vis-à-vis des homosexuels.
 
A l’intérieur du catholicisme, le retour en grâce de la Fraternité ultra conservatrice Saint-Pie-X a suscité l’incompréhension des Catholiques progressistes.
 
L’an passé, Kurt Koch s’était prononcé contre l’interdiction des minarets en Suisse, estimant que l’Islam avait tout autant voix au chapitre que les autres traditions. Sur le sujet sensible du célibat des prêtres, Kurt Koch a également toujours montré une attitude ouverte. Une ouverture d’esprit est donc la bienvenue au Vatican. /gco
Partager
Link
Météo