Fiançailles studieuses à Vermes

fusion VermesLes citoyens de Vermes étaient conviés, lundi soir, à une séance d’information sur le projet de fusion dans la Val Terbi. Il s’agissait de la troisième soirée du genre, après celles organisées à Courroux et Montsevelier. Une vingtaine de personnes ont fait le déplacement. Elles ont posé de nombreuses questions durant les deux heures de séance.
 
 
Des questions fouillées
 
Impôts, écoles, triages forestiers, déneigement, remaniement parcellaire ou encore représentativité au sein des futures autorités : les questions posées par les citoyens de Vermes se sont voulues très pointues. Comme si la convention de fusion était déjà connue et que les détails du mariage étaient posés sur la table. La présidente du comité de fusion, Suzanne Maïtre-Schindelholz, et le chef du service des communes, Marcel Ryser, se sont appliqués à répondre et à convaincre les personnes présentes. Tout en rappelant que Vermes, avec ses 334 habitants, aurait tout à gagner en termes de finances avec une fusion, vu que sa quotité d’impôts baisserait pour un budget de fonctionnement plus maniable.
 
 
Représentativité encore possible
 
La représentativité de Vermes au sein des futures autorités en cas de fusion a fait débat. Elle tient à la volonté citoyenne de participer à la vie de la future entité, selon Marcel Ryser. C’est peut-être là le principal doute des habitants exprimé lundi soir : avoir encore un mot à dire dans le grand Val Terbi. La région fusionnée deviendrait une entité 7130 habitants, soit davantage que Porrentruy, pour un territoire de 82'630'000 mètres carré.

La prochaine séance d’information sur la convention de fusion dans le Val Terbi aura lieu mercredi à 20h à Courchapoix. /lba 

Partager
Link
Météo