Première manche perdue pour Benteler

La chambre administrative du Tribunal cantonal a rejeté la demande d’effet suspensif présentée par l'entreprise de St-Ursanne Benteler à propos de l’assainissement exigé par l’OEPN. Mais un recours sur le fond est toujours pendant. L’affaire est complexe. En résumé, le Tribunal a estimé qu’il ne se justifiait pas de paralyser durant la procédure de recours, la planification des travaux à réaliser. L’Office des eaux et de la protection de la nature a fixé un délai jusqu’à fin juillet 2008. La chambre administrative rappelle que depuis août 2003, l’OEPN a demandé à réitérées reprises à l’entreprise d’assainir ses installations de traitement de l’air. La justice met en avant l’intérêt public. Les résultats d’une enquête ont démontré qu’une forte proportion de la population de St-Ursanne est incommodée. Cet intérêt public à la préservation de la santé doit manifestement l’emporter sur l’intérêt de la recourante à disposer de plus de temps pour prendre des mesures, écrit la chambre administrative. Conclusion : c’est à bon droit que l’OEPN a retiré l’effet suspensif lors de sa décision de septembre dans laquelle elle ordonnait des mesures d’assainissement. Benteler peut encore faire recours auprès du Tribunal fédéral. Christophe Jeannin, de l’OEPN, sera en direct sur RFJ demain matin peu après 8 heures. Il fera le point sur cette affaire. /cg

Partager
Link
Météo