Des législatures de cinq ans au lieu de quatre ?

Le peuple jurassien devra se prononcer le 7 mars sur une modification de la durée des législatures. Il s’agirait donc de prolonger la durée des mandats des ministres, des parlementaires, des maires, des conseillers ou encore des juges d’un an. Le Gouvernement jurassien a retenu cette piste parmi les projets de modernisation de l’Etat.
 
Plus de temps pour les grands projets
 
Parmi les arguments défendus par le Gouvernement jurassien et la majorité du Parlement, il y a celui du temps. Des législatures de cinq ans permettraient, selon eux, une meilleure gestion des dossiers et une plus grande efficacité des élus. Les coûts entrent également en ligne de compte. Des élections plus espacées signifieraient moins de campagnes pour les partis et d’organisations de scrutins pour les institutions.
Le Gouvernement aime également rappeler que la majorité des communes jurassienne s’est ralliée au projet, même si certaines, au départ, craignaient une pénurie de candidats en cas de prolongation des mandats. Le président de l’exécutif, Charles Juillard, doute que des législatures plus longues entament réellement la motivation des candidats.
 
Des opposants aux motifs différents
 
Le Parti socialiste jurassien s’est prononcé contre une prolongation de la durée des mandats de quatre à cinq ans, en congrès. Certains de ses membres estiment qu’il serait faux de laisser la majorité de droite au pouvoir plus longtemps, qu’il s’agit d’une entorse dans les droits populaires.
 
Député PCSI au Parlement, Pascal Prince milite également à titre personnel contre l’objet soumis au vote. Selon lui, une législature de cinq ans serait trop longue par rapport à l’évolution de la société. Il juge également cette modification dangereuse pour les communes, qui doivent souvent affronter une pénurie de candidats.
 
Changements au niveau du calendrier
 
La modification de la durée des législatures dans le canton du Jura ne changerait en revanche pas la donne pour les élus aux Chambres fédérales qui continueraient de siéger quatre ans. Les élections cantonales et fédérales se dérouleraient ainsi la même année tous les vingt ans, de même que les élections communales et fédérales. A noter encore que la durée maximale des mandats des ministres et des parlementaires passerait à quinze ans. /lba
Partager
Link
Météo