Quinze mois avec sursis pour le vol d’un lingot d’or

La justice jurassienne a condamné mardi un homme à quinze mois de prison avec sursis pendant deux ans. Il a été reconnu coupable de vol. En juillet 2008, il avait dérobé sur son lieu de travail à Delémont un lingot d’or d’une valeur de 327'000 francs.
 
 
Un vol relativement grave
 
Les juges n’ont pas eu à s’attarder longtemps sur la culpabilité du prévenu : ce Français de 41 ans a lui-même avoué avoir volé le lingot d’or. Ce qu’il fallait établir, c’était la gravité du geste. Et il est plutôt grave, selon la justice, à cause de la grande valeur du lingot, et de la trahison infligée au patron, qui avait pourtant nommé cadre cet employé jugé digne de confiance.

Le mobile est qualifié de « purement égoïste ». L’homme n’avait pas vraiment de problèmes d’argent ; il menait juste un train de vie trop élevé. Les juges ont aussi admis qu’il connaissait la valeur du butin, et qu’il l’avait vendu bon marché pour s’en débarrasser. A sa décharge, le prévenu ne présentait pas d’antécédents, et n’a agi qu’une seule fois et sans violence.

L’homme a collaboré en se livrant à des aveux, mais il a fallu, sur certains points, lui tirer les vers du nez. Quant à son repentir, il a été déclaré « actif », mais « ni plein ni entier ». Autre bémol : depuis les faits qui remontent à plus de deux ans, le coupable n’a pas remboursé le moindre centime à son employeur.
 
 
Une convention signée pour le remboursement
 
Outre la peine de prison avec sursis, l’homme devra s’acquitter des frais de justice, qui s’élèvent à 13'000 francs. A noter également que l’employeur n’a pas pu récupérer la totalité de la valeur du lingot. Selon une convention signée mardi matin entre les parties, l’homme versera 100.- francs chaque mois à son ancien patron. Mais à ce rythme-là, il faudrait 160 ans pour rembourser l’entier de la somme perdue. /lbe
Partager
Link
Météo