Une deuxième charrette de licenciements chez Condor

Sept employés ont été congédiés chez Condor SA, afin d’éviter la fermeture du site selon un communiqué envoyé vendredi matin par l’entreprise de Courfaivre. Ils étaient déjà neuf à avoir appris leur licenciement au mois de juillet, juste avant les vacances.
 
Le syndicat Unia Transjurane était alors monté au créneau pour dénoncer un licenciement collectif. Plus tard, le 20 août, notre rédaction dressait un portrait inquiétant de la situation de cet ancien fleuron de l’industrie. Un million et demi de dettes au registre des poursuites, et une production au point mort. Le directeur des opérations nous avait alors affirmé qu’une bonne partie des créances avaient été soit réglées, soit en opposition. Mais effectivement, Christian Humbert confirmait que l’usine tournait au ralenti depuis le début de l’année.
 
 
L’optimisme reste de mise pour les dirigeants, pas pour le syndicat
 
Entre temps de nouvelles commandes seraient arrivées. Dans son communiqué, Condor SA dit croire à son avenir. Elle conserve le savoir-faire de 14 collaborateurs avec lesquels elle entend s'orienter vers de nouveaux projets.

Un optimisme pas forcément partagé par Unia Transjurane. Le syndicat se félicite que l’entreprise ait, cette fois, lancé des discussions avant de licencier: un modeste plan social est en cours de négociation pour tous les ouvriers congédiés. Mais le responsable de l’industrie des machines au syndicat reste sceptique sur l’avenir de Condor SA. Selon Jean-Pierre Chapuis, il n’y a plus de matériaux, peu de savoir-faire, et de lourdes charges. Il s’attend donc à de nouvelles difficultés dans les mois qui viennent. /cad
Partager
Link
Météo