Une plume contre un sifflet devant la Cour pénale à Porrentruy

MarchandUne audience hors-norme cet après-midi à Porrentruy. Un conflit familial va devoir se régler devant le juge pénal Philippe Guélat. Elle oppose le rédacteur en chef du journal satirique La Tuile, Pierre-André Marchand, et son ex-belle fille, l’arbitre international de football Nicole Petignat. Avec sa sœur jumelle, elle doit répondre de diffamation, calomnie, injure, menaces et harcèlement téléphonique. Pierre-André Marchand est accusé quant à lui de diffamation et d’injures.

Ce n’est pas la première, ni la dernière fois qu’un divorce tourne mal et que les propos qui s’en suivent dégénèrent. En général, l’affaire reste privée, tout comme le nom des personnes concernées. Mais la notoriété des protagonistes de cette affaire aura eu raison de la discrétion qui entoure ce type de conflit. A l’origine, la séparation de Pierre-André Marchand et de la mère de famille des deux jumelles après 18 ans de vie commune. Pour semble-t-il d’obscurs motifs financiers, les deux parties qui comparaitront cet après-midi en sont venues à s’échanger des noms d’oiseaux et autres amabilités. A force de recevoir des appels téléphoniques, Pierre-André Marchand a décidé de porter plainte en déposant une trentaine d’enregistrements sur le bureau du juge. Nicole Petignat et sa sœur ont répliqué en accusant leur ex-beau-père de diffamation et d’injures. Cette affaire est d’autant plus révélatrice des aléas de la vie que Pierre-André Marchand venait d’écrire la biographie de son ex-belle-fille, un livre sorti de presse au moment même où le conflit entre eux a débuté. /gk

Partager
Link
Météo