La droite jurassienne en ordre dispersé avant les fédérales

dominique BaettigLa droite jurassienne part désunie à l’aube des élections fédérales. Une majorité du PLRJ veut s’engager seule dans cette échéance électorale, selon nos informations. L’apparentement avec l’UDC conclu il y a quatre ans semble donc aujourd’hui caduc. Mais le parti agrarien jurassien ne l’entend pas forcément de cette oreille.
 
 
Des maths qui ne marchent plus
 
C’est le siège de Dominique Baettig qui est en jeu, derrière ces calculs stratégiques. Il y a quatre ans, UDC et PLR faisaient pot commun lors des fédérales. Ensemble, ils obtenaient 27% des suffrages (13,6% pour l’UDC, 13,4% pour les libéraux-radicaux) , propulsant Dominique Baettig au Conseil national. «Cette alliance mathématique n’a pas marché pour nous il y a quatre ans, nous n’avons pas à soutenir l’UDC cette année», note le secrétaire général du PLRJ. Stève Farine ajoute qu’il est possible que des membres de son parti demandent à l’avenir un nouvel apparentement. Mais le comité directeur dit aujourd’hui non sur le principe. "En tout cas, c’est à l’UDC de faire des propositions", ajoute Stève Farine.
 
 
"La balle est dans le camp du PLR"
 
Contacté par nos soins, le président de l’UDC Jura va dans le sens inverse. «La balle est dans le camp du PLRJ» , affirme Romain Schaer. Il estime qu’il est trop tôt pour "s’énerver". Selon lui, les libéraux-radicaux sont encore déçus des élections cantonales. Et Romain Schaer d'ajouter : «S’ils ne savent pas compter, c’est problématique. S’ils savent compter, ils se rendront compte qu’ensemble, nous avons une chance, et seuls pas.» Et les gouvernances nationales pourraient encore y mettre leur grain de sel, selon lui. /lba
Partager
Link

Galerie photos liée

02.07.2015
Météo