Camouflet à UBS : un coup dans l’eau ?

Après le désaveu des actionnaires d’UBS, les regards se tournent du côté de Crédit Suisse. Si le vote d’une éventuelle décharge des anciens dirigeants n’est pas à l’ordre du jour dans cette grande banque, ses actionnaires pourraient eux aussi faire part de leur mécontentement.
 
Selon François Schaller, rédacteur en chef du journal économique Agefi, le camouflet infligé mercredi aux dirigeants d’UBS pourrait marquer le début d’une aire d’opposition.

Ce qui a également frappé lors de l’assemblée d’UBS, c’est que le rapport de rémunération a reçu la désapprobation de 40% des suffrages. D’autres grandes banques pourraient désormais avoir à se justifier sur leur politique de rémunération.

Reste que ce mécontentement, plutôt que de déclencher une nouvelle ère plus « éthique » dans la finance, risque simplement de retomber comme un soufflé. François Schaller rappelle que les actionnaires se faisaient nettement plus discrets lorsqu’ils touchaient d’énormes dividendes, et que vraisemblablement, ils auront tôt fait d’oublier leurs revendications actuelles le jour où la situation se sera totalement redressée. /iqu

Partager
Link
Météo