Le Jura et la mendicité, ça fait deux

Le Jura échappe pour l’instant à la mendicité. Selon le chef du Service de l’action sociale, Jean-Marc Veya, les filets de protection sont tels dans le canton qu’il n’y a pas - à sa connaissance - de mendiant.

Bien sûr, il y a des pauvres dans le Jura, mais personne n’est à la rue. Plusieurs raisons à cela.

Jean-Marc Veya met en avant - d’une part - le caractère rural du canton, peu favorable pour les mendiants. D’autre part, la loi sur l’action sociale est un dispositif efficace - à son avis - qui empêche les bénéficiaires de l’action sociale de basculer vers la mendicité. Pour ceux qui passeraient entre les mailles du filet, des dispositifs supplémentaires existent et peuvent prendre le relais à l’image des cartons du cœur ou de Caritas. Autre atout du canton: la proximité qui existe entre les gens. Si un mendiant est repéré, les services de l’action sociale sont rapidement contactés et peuvent intervenir.

Reste que depuis quelques semaines des mendiants apparaissent sur certains parkings ou centres commerciaux du canton. Ils jouent de la musique ou vendent des objets. La plupart du temps, il s’agit de bandes organisées qui tournent de localités en localités. Des gens qui ne sont pas domiciliés dans le canton. /fq

Partager
Link
Météo