Canton à six communes : la population est partagée

Six communes pour un Jura réunifié. Une formule qui séduit un Jurassien des 6 districts sur deux selon un sondage publié ce matin par le Quotidien Jurassien. Ils sont donc 51% à être très ou assez favorable à la proposition de l’AIJ. Mais les avis sont partagés entre le nord et le sud. Dans le Jura bernois, 35% de la population est pour la réunification, alors que 50% prône le statut quo. Dans le canton du Jura, le peuple semble d’avantage séduit. 64% de la population est favorable, et 20% préconise le statut quo. Tous les autres étant indécis

Autre constat, la population du Jura bernois est d’avantage favorable à la création d’un canton de l’arc Jurassien avec Neuchâtel. 51% sont pour, alors que le taux est de 50% dans le Jura.

Quand au choix de la future capitale, 46% des sondés penchent pour Delémont, alors qu’ils sont seulement 22% à suivre la proposition faite par l’AIJ, à savoir Moutier.

L’enquête montre encore que les jeunes semblent moins enthousiastes que leurs aînés pour ce nouveau canton et que cette proposition plait d’avantage aux gens qui se situe à gauche de l’échiquier politique plutôt qu’à ceux qui se situent au centre et à droite.
A noter que ce sondage a été réalisé par l’institut M.I.S. Trend auprès de 603 citoyens représentatifs de la population. La marge d’erreur sur le total est d’environ + ou – 5.7%. Sachez également que cette enquête a été effectuée avant que l’AIJ annonce qu’elle avait retenu Moutier comme capitale. /ami
 
 
Le commentaire de Raphael Chalverat
 
Le sondage montre qu’à priori, les émotions n’ont pas changé: le Nord du Jura est favorable à une nouvelle entité commune, le Sud pas. Reste à savoir si ce sondage tombe au bon moment. Tout d’abord, l’Assemblée interjurassienne n’a pas encore livré ses conclusions définitives et ses autres pistes. Le moment venu, il s’agira d’expliquer clairement les choses à la population, qui voudra connaître notamment les incidences financières et administratives d’une entité nouvelle, au-delà des sensibilités. Les 65% d’opinions défavorables ou indécises observées dans le Jura bernois ne signifient pas un manque d’ouverture au changement. Un rapprochement à trois avec Neuchâtel séduit. L’AIJ y pense, mais est limitée dans son mandat d’étude.

Il y a d’autre part l’abandon du drapeau jurassien actuel et l’établissement de la capitale à Moutier, points préconisés par l’AIJ après le sondage. Cette perspective ne va pas laisser le Jura bernois totalement de marbre, tout comme le canton du Jura d’ailleurs, qui pourrait du coup être moins favorable au projet.

Il reste beaucoup de paramètres à mettre à jour. Les membres de l’AIJ auront un rôle clé à l’heure des conclusions. Main dans la main, les délégations jurassienne et bernoise devront convaincre dans les deux régions avec des perspectives limpides. On saura alors vraiment ce qu’en pense la population… /rch

 
Le commentaire de Florent Quiquerez
 
On peut s’amuser à critiquer les résultats d’un sondage: la question n’est pas posée au bon moment, les gens ne prennent pas vraiment le temps de répondre… On peut dire ce qu’on veut. La réalité de ce sondage est criante de vérité: le Nord dit oui à un nouveau canton; le Sud, non!

En trente ans, les chiffres sont quasi les mêmes que lors du plébiscite de 1974. Et les avis ne sont pas prêts de changer, puisque les jeunes - qu’ils vivent de part et d’autre de la Roche St-Jean - sont plus réservés encore que leurs aînés face à une nouvelle entité.

Pourtant de nombreuses choses ont évolué depuis: le dialogue a repris, l’AIJ a été mise sur pied et les collaborations sont nombreuses entre les deux régions. Mais reste cette question de fond, celle qui divise: «Voulez-vous un nouveau canton».

Qu’elle soit posée au téléphone par un institut de sondage ou dans le secret des urnes. C’est une question émotionnelle avant tout. Et la réponse à cette question, ça reste oui au Nord, non au Sud. /fq
Partager
Link
Météo