Quatrième trimestre consécutif de baisse pour Tornos

Le fabricant prévôtois de machines-outils Tornos enregistre une nouvelle baisse de son chiffre d’affaire en raison de la mauvaise conjoncture. Il atteint près de 32 millions de francs pour le 1er trimestre 2009, en baisse de 57% par rapport à la période correspondante de 2008. Dans le même temps, les entrées de commande ont fondu de 70% pour atteindre un peu plus de 23 millions de francs contre près de 80 millions il y a un an.
 
Poursuite du chômage partiel
 
La direction reste pourtant sereine et estime avoir tout mis en œuvre pour passer un cap jugé difficile pour l’entreprise. Elle va maintenir le chômage partiel au sein de l’usine principale située à Moutier et qui emploie 600 personnes. Les employés de la production travailleront au mois de juin avant les vacances d’été et une nouvelle période de chômage prévue au mois d’août.
 
Le chômage partiel pourrait aussi être introduit au mois de juin chez Almac qui emploie une cinquantaine de personnes à La Chaux-de-Fonds, le dossier est à l’étude. La direction indique encore que les employés du groupe en France, en Italie et en Allemagne chôment également.
 
Préserver le savoir-faire
 
L’objectif de la direction est clair: il s’agit de conserver le savoir-faire des employés par la réduction de l’horaire de travail et éviter ainsi les licenciements. L’entreprise maintient par ailleurs sa filière de formation. Pas moins d’une cinquantaine d’apprentis sont employés par Tornos dans la cité prévôtoise. Parmi eux, 32 polymécaniciens et 8 constructeurs de machines.
 
La direction espère une reprise de l’activité en juin 2010 et un retour à une situation normale en 2011. Selon elle, la situation de l’entreprise est sous contrôle pour l’instant. Le secteur Recherche et Développement poursuit son travail et les ressources fonctionnent à plein dans ce secteur car les projets stratégiques de l’entreprise doivent être développés.
 
Des attentes
 
Enfin la direction de l’entreprise souhaiterait que les autorités fassent preuve de plus de souplesse avec le chômage partiel pendant une période donnée en raison de la crise. Elle estime aussi qu’en raison de la crise économique, l’Etat pourrait faire un geste envers les chômeurs qui pourraient être mieux rémunérés afin de maintenir leur pouvoir d’achat. /gk
Partager
Link
Météo