2008 rime avec record pour la BCJ malgré la crise

BCJ2008 est une nouvelle année record pour la Banque Cantonale du Jura (BCJ). Elle a obtenu des résultats jugés très bons malgré un contexte financier difficile. Les apports de fonds de la clientèle ont aussi augmenté.
 
 Des chiffres
 
Il faut tout d’abord rappeler que 2007 avait été une année record pour la BCJ. Et sur certains points, 2008 fut encore meilleure. Ainsi, le bénéfice net a atteint 7,8 millions de francs (+3,5%), un résultat jamais obtenu dans l’histoire de la Banque Cantonale du Jura.
Si le bénéfice brut diminue de 4,9%, notamment en raison du résultat de négoce, il reste supérieur à 20 millions et pour la première fois, le bilan dépasse 1,9 milliard de francs. Une progression de 6,6% qui s’explique par un afflux important de nouveaux fonds de la part de la clientèle, des fonds qui se chiffrent à 1,35 milliard de francs. Un record et une preuve que les Jurassiens font confiance à leur banque cantonale, même en temps de crise. A noter qu’une grande partie de ces dépôts sont arrivés après la faillite de Lehmann Brothers en septembre.
 
Ces bons résultats de 2008 permettent donc à la BCJ de proposer à l’Assemblée générale, pour la 4e fois en cinq ans, une nouvelle augmentation du dividende à 11% alors qu’il était à 10 jusqu’à présent.
 
Répartition du bénéfice
 
Le Conseil d'administration proposera à l'Assemblée générale, qui se tiendra le 23 avril à Delémont, de répartir le bénéfice net (7,8 millions) de la manière suivante : inscrire 3 millions pour la réserve légale, 4,6 millions pour le dividende et un demi million dans le report. Ainsi, les fonds propres de la BCJ atteindront 169,5 millions de francs.
 
Prudence et sérénité
 
La Banque Cantonale du Jura est sereine. Elle est prête à affronter la crise qui commence à se faire sentir dans les entreprises de la région. Elle mise sur la prudence. Le président du Conseil d’administration Paul-André Sanglard estime que la BCJ ne fait que ce qu’elle comprend. Et ça paie puisqu’elle fait partie du groupe des banques cantonales suisses considérées aujourd’hui comme des banques régionales les plus solides d’Europe.
Le directeur général Bertrand Valley a ajouté que "la BCJ n'a jamais été aussi saine". La direction a pu compter sur son expérience de la crise d'il y a dix ans pour se préparer à faire face à celle qui sévit actuellement sur les marchés financiers. /cl
Partager
Link
Météo