2008, année de consolidation pour Longines

Après une année 2007 exceptionnelle aussi bien sur le chiffre d’affaire que sur le rendement, Longines entrevoit cette année sous les meilleurs auspices. Les grandes classiques de la manufacture horlogère de St Imier se vendent toujours mieux et la ligne sport lancée l’année passée a connu un succès très significatif, notamment aux Etats-Unis et en Italie. La montre mécanique se vend très bien puisque sa part dépasse les 50% du chiffre d’affaire pour les deux premiers mois de l’année.

A 67 ans, son patron Walter von Kaenel veut continuer à contribuer au succès de l’entreprise qu’il dirige depuis plus de 20 ans. Il estime pour sa part que Longines peut encore augmenter son chiffre d’affaire et les premiers chiffres de 2008 semblent bien lui donner raison. Le prix de vente moyen d’une montre Longines dépasse aujourd’hui les 1600 francs. Ses principaux marchés sont aujourd’hui la Chine et Hong Kong puis le Japon, l’Italie et l’Australie dans un mouchoir de poche. Le patron de Longines reste très confiant dans l’avenir malgré la crise financière qui touche notamment les Etats-Unis. Selon lui, tous les signaux dans le domaine du luxe sont positifs. Longines ne fait pas dans la spéculation et jamais les performances de la marque n’ont été aussi élevées outre-atlantique depuis trois mois. Et cela malgré le problème de la conversion des dollars en francs suisses qui se chiffre en millions en fonction du cours actuel du dollar.

Longines va présenter la semaine prochaine de nouvelles créations à Bâle. Elles restent dans les segments de prix actuels de la marque de St Imier. Vedette des ventes chez Longines, la Master phase de lune qui a tiré avec elle toutes les montres mécaniques de la marque. Conséquence, un nouveau modèle appelé Master Rétrograde, une montre automatique unique en son genre dans sa gamme de prix. Autre nouveauté lancée à Baselworld, un modèle dans la ligne Sport avec un modèle chrono en céramique.

Longines emploie aujourd’hui 600 personnes sur son site de St Imier. D’importants travaux sont en cours pour agrandir l’usine. Dix millions de francs vont être investis dans l’opération qui doit notamment offrir plus de place à ETA pour la fabrication de mouvements mécaniques. Selon Walter von Kaenel, cette expansion du site de St Imier est la meilleure preuve de la confiance que lui accorde le groupe Swatch. Principal souci, Longines souffre comme d’autres entreprises horlogères du manque de mouvements mécaniques, ce qui est paradoxal puisqu’elle est membre du groupe Swatch, également propriétaire des mouvements ETA. /gk

Partager
Link
Météo