La satire est reine avec les journaux de Carnaval

Ils vous ont peut-être amusé ou courroucé, si votre nom figure dedans. Les journaux de Carnaval sont sortis de presse un peu partout dans le Jura. Les personnages publics en ont, comme toujours, pour leur grade, mais ils ne sont pas les seuls. Sur la forme, cette année marque l’importance toujours plus marquée de la couleur et du dessin dans la presse satirique.
 
Le changement de maire à Delémont fait la Une du «Pierrot». Le journal de la capitale propose un reportage exclusif sous le titre «Un noir élu! ». Les conseillers communaux, comme les recalés des dernières élections communales font l’objet d’une analyse attentive.

Le «Serpent à sornettes» fait le tour des grandes réalisations 2008 en images: le golf du Domont, la Maison des jeunes, la salle St-Georges et la patinoire. Le procès des BMW y est relaté en détail version maison. Découvrez aussi les ministres jurassiens tatoués et en tenue légère.

Le journal de Patadorf, le «Coq», présente un DVD bienvenu chez les Chtifourmis, décerne son Prix de la meilleure invention et nous enseigne la meilleure façon de négocier un contrat grâce au chef technique du HCA. On n’oubliera pas non plus le Renardeau Futé, la revue satirique de Rebeuvelier.

Franches-Montagnes
 
Trois revues satiriques sont sorties de presse aux Franches-Montagnes: le Piccus de Saignelégier, le Mâlin des Breuleux et le Poilie du Noirmont. Si ces trois parutions regorgent d’histoires en tout genre, chacune fait la part belle aux dernières élections communales. Le Poilie titre d’ailleurs «Le pouvoir aux Girardin!» et ne manque pas de revenir sur le règne du maire précédent. Un autocollant est même offert à chaque lecteur en guise de remerciement de son soutien à Jacques Bassang!
Dans le Piccus, c’est le candidat qui a fait face au maire en place, qui en prend pour son grade. Sa légendaire apathie y est décriée. Quant au Mâlïn qui fête ses 25 ans cette année, il assure que les partis politiques de la localité sont parvenus à s’accorder et dévoile en avant-première une liste d’entente.
Outre ces péripéties, vous trouverez en vrac dans ces trois parutions, la vérité, toute la vérité sur le jubilé de l’église de Saignelégier et ses vitraux, de nombreux rebondissements liés aux projets de fusion, une mise à jour des sobriquets des habitants du coin ou encore une rétrospective puisée dans les archives.
Le Pic-Bois des Bois, par contre, ne sera distribué que demain dans les kiosques. Mais rira bien, qui rira le dernier!
 
Ajoie
 
L’Ajoie, pour sa part, compte toujours deux journaux de Carnaval. Une interview croisée des maires de Porrentruy et Delémont est proposée dans le «To Porren» pour qui les deux charlots n’ont pas fini de nous faire marrer. Le syndicaliste Pierluigi Fedele reçoit une belle râpe de platine. On apprend que Trissville ne connaît pas la crise. Des remèdes pour lutter contre la sinistrose sont proposés grâce à quelques personnalités bruntrutaines et jurassiennes. A découvrir aussi que Porrentruy a parfois des airs de Naples.
Le Rai-tiai-tiai a perdu son costume traditionnel cette année. De roses et jaunes, les pages sont devenues blanches dans le journal qui fait le tour de toutes les localités du district. De quoi permettre des dessins en couleur. La revue n’en a pas pour autant perdu de son venin. Les aventures, ou mésaventures plutôt, des émissaires jurassiens sur le Tour de France y sont relatés. Les bisbilles des footballeurs boncourtois, les élections mouvementées en Haute-Ajoie, les rats de l’hôpital de Porrentruy ou encore les soucis d’eau à Bressaucourt ne sont pas oubliés. /rc+pbo
Partager
Link
Météo