Kiosque de Saignelégier : la patronne réfute

Kiosque Saignelégier UNIALe kiosque de la gare à Saignelégier dans la tourmente. Le syndicat UNIA a entrepris une action ce matin pour dénoncer les agissements de la patronne. Cette dernière a licencié une employée. Deux autres ont démissionné. Selon Unia, la patronne aurait tenu des propos diffamatoires et les aurait accusées de vol.
 
Pas d'accord la patronne
 
La patronne, Marceline Abplanalp, conteste clairement ces accusations et va sans doute porter plainte. «Cette histoire est allée trop loin, j’en suis désolée. Je n’ai jamais calomnié, ni injurié et encore moins traité mes employées de voleuses, j’ai toujours eu confiance en elle. Je ne sais pas exactement ce qu’il s’est passé mais on ne s’est pas bien comprises. Je vais porter plainte.» 
 
UNIA et Naville
 
La société de presse Naville est également concernée dans cette affaire. Ce n’est pas elle qui engage les employés mais elle a un contrat de droit commercial avec l’employeur. En clair : Naville ne possède pas de lien direct avec les employées mais ce genre d'affaire nuit à l'image de marque de la société.
UNIA estime que Naville se lave les mains dans cette affaire selon le secrétaire Julien Loichat. La responsable des agents et des ressources humaines chez Naville Anne Hari apporte quelques précisions :  «C’est une question de compréhension du statut. Naville travaille avec un nouveau mode de gestion avec des agents avec qui nous avons des contrats de droit commercial. Les responsables de point de vente sont eux-mêmes à la tête d’une société à responsabilités limitées (Chez Marceline sàrl dans ce cas) et c’est eux qui gèrent leur personnel.» /cl + pbo
 
Partager
Link
Météo