Le Jura n’ose pas quitter le DEWS

Face à son avenir au sein du DEWS, le Jura décide de ne rien décider. Depuis plusieurs années, le canton émet des doutes sur l’efficacité de cet organe de promotion économique. Il critique un nombre d’implantation d’entreprises insuffisant pour le coût élevé de la participation. Alors qu’il avait la possibilité de quitter le DEWS, le Jura a décidé d’y rester jusqu’en 2009.

La structure va en effet évoluer l’année prochaine et regrouper les septs cantons de Suisse occidentale. Le Jura souhaite participer aux travaux destinés à concevoir cette nouvelle entité. Il décidera ensuite d’y rester ou non. Parallèlement, le canton souhaite se rapprocher des deux Bâle, et discuter notamment d’une adhésion du Jura à la promotion économique bâloise.

Sur la base d'une étude comparative, le Gouvernement décidera dans le courant de l'année prochaine s'il optera pour la Suisse occidentale ou pour Bâle. Il imagine même qu'à terme, une grande région de Suisse occidentale de Bâle à Genève pourrait unir ses efforts en matière de promotion économique. /fq
 
 
Le commentaire de Florent Quiquerez

 
C’est devenu le rendez-vous habituel du mois de juin. Chaque année à cette période, le Gouvernement nous fait part de ses doutes au sujet du DEWS: trop cher, résultats insatisfaisants. Le Jura attendait au minimum 8 entreprises par année grâce au DEWS, il en a eu sept en 2005, trois en 2006, quatre en 2007 et une cette année…

Chaque année, le canton hésite à rester, à chaque fois il reste, il fait confiance… encore.

Aujourd’hui, on se disait que le canton prendrait une décision claire, et bien non. Il attend de voir ce que donnera l’après DEWS avec son élargissement à sept cantons. Comme si la nouvelle structure qui regroupera Genève et Berne pouvait faire des miracles pour le Jura…

Mieux encore, le canton veut engager des discussions avec Bâle et intégrer - pourquoi pas - sa promotion économique.

A force de lorgner un coup vers la Suisse occidentale, un coup vers Bâle, le Jura disperse ses forces, son temps et notre argent. Il perd de la crédibilité envers ses partenaires aussi: Le Jura c’est celui qui ne sait pas trop ou il va.

Gouverner c’est choisir. Et dans ce cas là, des choix, le Gouvernement n’en fait pas, si ce n’est celui d’attendre une fois de plus. Rendez-vous en juin 2009.

Partager
Link
Météo