Bonne nouvelle pour le projet de centrale hydraulique à Ocourt

Plus rien ne s’oppose à la mise en place d’une centrale hydraulique sur le Doubs à Ocourt. La Juge administrative a rejeté le recours de Pro-Natura.
L’organisation écologique s’opposait à cette construction. Elle estimait que la centrale allait nuire à la faune du lieu.
 
Lors de la présentation du projet en 2005, plusieurs oppositions avait déjà surgi. Elles émanaient d’organisation de protection de l’environnement, d’association de pécheurs, d’agriculteurs ou de professionnels du tourisme.
Fin 2006, ces oppositions étaient écartées, le canton délivrait un permis de construire pour la centrale.
 
Peu après Pro-Natura décide de porter l’affaire devant la justice. Selon l’organisation, la section des permis de construire a commis une erreur en délivrant l'autorisation : le projet est en effet situé dans la réserve naturelle du Doubs. Les écologistes critiquent aussi les effets sur la faune de la rivière, l’apron notamment dont l’espèce est protégée.
Des arguments que la juge administrative ne retient pas. D’une part, cette centrale hydraulique remplace une installation déjà existante. Il n’y donc pas d’effets supplémentaires sur l’environnement. D’autre part, les concepteurs du projet prévoient la mise en place d’une échelle à poissons. L’installation sera donc franchissable, ce qui est impossible aujourd’hui avec l’ancien barrage. Enfin, la juge estime que l’intérêt public doit être pris en compte. La centrale fournira du courant à 500 ménages, ce qui n’est pas négligeable.
Le recours est donc rejeté. Pro-Natura devra aussi s’acquitter des frais de procédures et verser une indemnité de 8'000 francs à l’intimé. Les recourant ont trente jours pour s’opposer à cette décision. /fq
Partager
Link
Météo