Les menaces sur l’emploi se précisent dans le Jura

La crise économique inquiète les entreprises jurassiennes. Une séance mise sur pied par la Chambre de Commerce et d’Industrie du Jura a fait salle comble hier soir à Delémont. Elle a réuni une centaine de chefs d’entreprises et autres décideurs, tous soucieux de connaître les prévisions du Service des Arts et Métiers et du Travail dans le Jura et les possibilités qui leurs sont offertes en matière de chômage partiel.
 
Une hausse du chômage brutale
 
Le chef du SAMT, Gérald Kaech, a rappelé que l’évolution du marché du travail est déterminée par 3 facteurs essentiels. La première chose qu’il faut souligner est selon lui que nous sommes à la fin d’un cycle conjoncturel et que cela fait 5 ans que le chômage décroit. La crise économique vient renforcer ce retournement conjoncturel. Il faut aussi tenir compte d’un marché du travail très ouvert avec la libre circulation.
 
Avec un nouveau cycle économique qui ne fait que débuter, la pire des prévisions pour le Jura serait à terme un taux de 9 à 10% de demandeurs d’emploi et surtout un taux de chômage de 6 à 7%. En revanche, rien ne permet de dire aujourd’hui si ce cycle sera aussi long et surtout aussi désastreux pour l’emploi dans le Jura.
 
Seule certitude, durant les mois d’octobre à décembre 2008, le chômage a augmenté d’environ 35% dans le Jura. Les demandes de chômage partiel sont également à la hausse. On a enregistré entre 35 et 40 préavis par mois depuis le mois de novembre.
 
L’Etat renforce ses structures pour lutter contre le chômage
 
Pour faire face à l’augmentation du chômage, le service cantonal de l’emploi et les ORP vont engager du personnel supplémentaire, soit 2,5 à 3 personnes avec en plus un éventuel soutien administratif et un conseiller en personnel spécialisé pour des demandeurs d’emplois qui ont vraiment du mal à retrouver un travail. L’équipe de formateurs à l’Espace Formation Emploi Jura de Bassecourt va aussi être renforcée avec l’engagement d’une personne supplémentaire.
 
Au niveau des autorités, une cellule de crise a été mise en place. Elle tient des tableaux de bords et autres indicateurs afin de veiller au mieux à l’évolution de la conjoncture. Le Fonds cantonal pour l’emploi dispose aujourd’hui d’un capital qui dépasse les 2 millions de francs, un montant suffisant pour prendre des mesures supplémentaires si la situation sur le front de l’emploi devenait plus grave dans le Jura. /gk
Partager
Link
Météo