Un Ajoulot devant le Tribunal correctionnel à Porrentruy

Il doit répondre de plusieurs accusations liées à la drogue. La justice lui reproche d’avoir acheté et vendu des produits cannabiques sous la forme de sachets de chanvre récréatifs.

Des faits qui se sont produits dans le cadre de l’exploitation des magasins «Au paradis du chanvre» à Porrentruy, Saignelégier et Tavannes.

Il doit également réponde d’infractions graves à la loi sur les stupéfiants pour avoir acquis plus de 500 grammes de cocaïne et la vente de plus de 150 grammes.

La Justice lui reproche également le transport de 6 kg de marijuana.

L’accusé répond clairement aux questions et ne se défile pas. Il admet les faits et s’en explique. Mais surtout, il insistera souvent sur le fait qu’il a tourné la page et qu’il n’est plus le même homme. Depuis 2005, il a pris ses distances avec les milieux de la toxicomanie et qu’il a une activité professionnelle stable.

Il a rappelé aussi dans quels contextes il a commis les actes que la justice lui reproche. Au début des années 2000 on évoque dans les milieux politiques la dépénalisation de la marijuana et c’est dans cette optique que le prévenu va ouvrir les magasins «Au paradis du chanvre» à Porrentruy, Saignelégier et Tavannes.

En parallèle, il admet avoir vendu plus de 150 grammes de cocaïne. La substitute du procureur ne trouve que peu de circonstances atténuantes pour l’accusé. Son réquisitoire est rude. Trente mois d’emprisonnement dont 12 mois fermes. D’emblé, la défense se dit choqué. L’avocat a insisté sur le temps qui s’est écoulé, plus de 7 ans. Et dans ce sens pour lui pas de doute il y a prescription pour la vente de cannabis. Pour les autres infractions il demande la clémence des juges. /pbu

Partager
Link
Météo