Origine des PCB dans la Birse jurassienne découverte

L’une des sources de pollution aux PCB dans la Birse est identifiée. L’Office jurassien de l’environnement a présenté lundi matin les résultats des analyses menées dans le cours d’eau. Les recherches ont révélé des rejets anormaux dans un canal sous le site de vonRoll à Choindez.
 
 
Méthode d’analyse innovante
 
C’est en 2007, après la révélation d’une pollution similaire dans le canton de Fribourg, que le Jura avait entrepris ces analyses, soutenu ensuite par la Confédération. Quatre campagnes de prélèvement de poissons ont eu lieu, de même que deux campagnes de prélèvement de sédiments. Des sondages ont été effectués sur un site qui, à l’époque, hébergeait une halle exploitée par vonRoll – sondages qui n’ont pas donné de résultats concluants. Trois campagnes ont aussi été menées avec des capteurs passifs, une méthode justement mise au point pour ces analyses dans la Birse. Il s’agit de membranes installées dans le cours d’eau, et qui s’imprègnent des PCB, le cas échéant. Petit à petit, les recherches se sont resserrées. Une analyse des PCB-totaux a encore été effectuée dans l’eau d’un canal sous l’usine vonRoll à Choindez, de même que diverses investigations techniques dans les bassins et canalisations du site, en collaboration avec l’entreprise. Les résultats présentés lundi indiquent donc que la pollution provient de ce canal.
 
 
La surprise pour vonRoll
 
Eric Meunier, directeur d’usine chez vonRoll casting à Courrendlin, nous a confié qu’il ne s’attendait pas aux résultats présentés lundi. "La probabilité est très importante que ça vienne de nos matières premières", explique-t-il. L’entreprise utilise principalement de la ferraille de démolition, qui finit dans une installation de fusion. Les gaz qui en sont extraits, et qui ont vraisemblablement été chargés en PCB, sont ensuite acheminés vers la station d’épuration pour être lavés. Une partie de cette eau de lavage retourne dans la Birse, et c’est là que la source de pollution a été identifiée.
 
 
Mesures urgentes déjà en place
 
Des mesures doivent être prises pour remédier à cette pollution. La première d’entre elles consiste en une fermeture du circuit; depuis deux semaines, vonRoll ne prélève plus d’eau dans la Birse, ni n’en rejette à l’issue des opérations de lavage. Mais cette situation ne sera pas forcément viable à long terme, lorsque les températures deviendront estivales. L’entreprise doit donc désormais présenter un plan d’assainissement définitif du site à l’Office jurassien de l’environnement. Eric Meunier indique qu’il est prévu de profiter de la pause estivale de la production pour procéder à cet assainissement.
 
 
D'autres zones polluées
 
Les PCB s’accumulant dans la chair des poissons, il va falloir du temps avant que la faune soit exempte de cette pollution. Actuellement, la pêche est autorisée dans la Birse, mais sous certaines restrictions. Cette situation va se maintenir quelques années encore, selon le chef de l’Office de l’environnement, Jacques Gerber.
Par ailleurs, dans le cadre des analyses menées depuis 2007, une pollution aux PCB a été constatée à d’autres endroits dans le lit de la Birse. C’est notamment le cas à Malleray et en amont de Moutier. Il appartient au canton de Berne de décider de mener les investigations plus loin. Selon Jacques Gerber, il n’est malgré cela pas inutile d’assainir le site pollué de Choindez; les PCB se diffusent dans le courant, et les valeurs redeviennent très faibles quelques kilomètres déjà en aval de la pollution.
 
 
Qui payera la facture ?
 
Sans compter les heures de travail consenties, les analyses ont déjà coûté jusqu’ici quelque 50'000 francs, déboursés par le canton du Jura et la Confédération. Ce montant ne comprend pas l’assainissement, qui sera totalement à la charge de vonRoll. L’Office de l’environnement est d’ailleurs en discussions avec l’entreprise pour la faire participer aux coûts des analyses.
 
A noter encore que le Ministère public jurassien avait ouvert une enquête sur cette pollution en février 2008. Il rappelait à l’époque que "selon la loi, celui qui introduit de manière illicite dans les eaux, intentionnellement ou même par négligence, des substances de nature à les polluer, commet un délit passible d'une peine privative de liberté ou d'une peine pécuniaire". Sur la base des analyses effectuées, il pourrait donc décider d’infliger une amende à vonRoll. /lbe
Partager
Link

Galerie photos liée

16.12.2009
Météo