Deux interventions pour offrir l’apprentissage aux jeunes sans papiers

Les députés jurassiens, lors de leur séance de mercredi, se sont penchés sur la problématique de l’apprentissage des sans-papiers. La discussion a été lancée via deux interventions du Vert Hansjörg Ernst, une motion et une motion interne.

La motion demandait que toutes les institutions de formation du CEJEF soient accessibles aux sans-papiers, en particulier les places d’apprentissage, et que le Gouvernement use de son influence pour véhiculer ce message dans les organes intercantonaux.

La motion interne invitait le Parlement à user de son droit d’initiative, en proposant à l’Assemblée fédérale de créer les bases légales qui permettraient aux jeunes clandestins de commencer un apprentissage.

Lors de la discussion, le groupe UDC, par la voix de Philippe Rottet, s’est clairement opposé à la motion. Les socialistes ont soutenu les deux objets, tout comme le PCSI. Le groupe PDC-JDC et les libéraux-radicaux proposaient de transformer la motion en postulat, à l’instar de la ministre de la formation, Elisabeth Baume-Schneider. Hansjörg Ernst a accepté cette transformation, et le postulat a été accepté par 52 voix contre 3 (celles de l’UDC).

Quant à la motion interne, elle était jugée inappropriée par certains députés, dans la mesure où les chambres fédérales ont déjà empoigné le dossier. Proposition a été faite de la remplacer par une résolution (mais dans ce cas, le vote aurait été repoussé à la prochaine séance du Parlement).
Au final, le texte a été accepté, tel quel, par 32 voix contre 9. /lbe
Partager
Link
Météo