De nouvelles allocations familiales dans le Jura

Le Parlement jurassien a entériné ce matin en 1ère lecture par 41 voix contre 0 une loi qui a pour objectif d’assurer l’application de la nouvelle législation fédérale sur les allocations familiales. Les députés ont confirmé la volonté des autorités jurassiennes d’être plus généreuses que la Confédération.

La nouvelle loi va permettre le versement d’une allocation de 240 francs par mois et par enfant et de 290 francs pour l’allocation de formation professionnelle, des montants supérieurs aux montants minimaux prévus par la loi fédérale.

Une proposition du PSJ d’augmenter ces montants à 300 et 350 francs a été rejetée à une forte majorité. Les députés ont également refusé une autre proposition émanant de l’UDC et qui voulait que soit versée une allocation à 300 francs par mois pour un enfant seul et 240 francs par mois à partir de deux enfants. Le Parlement s’est également opposé à une volonté du PCSI de verser 50 francs de plus par enfant et par jeune en formation aux familles bénéficiaires de l’aide à la réduction des primes de l’assurance-maladie. Ces propositions avaient d’ailleurs toutes été rejetées par le Gouvernement et une majorité de la commission parlementaire chargée du dossier.

L’allocation unique de naissance et d’adoption a été fixée à 850 francs.

L’enveloppe de 49 millions de francs qui sert à financer ces allocations familiales a été maintenue, elle sera comme par le passé entièrement alimentée par le patronat. La nouvelle loi établit aussi la surveillance du régime des allocations et la réglementation nécessaire dans ce domaine. Elle permet aussi le versement d’allocations familiales aux personnes sans activités lucratives, ces allocations sont à charge de l’Etat.

L'entrée en vigueur de la nouvelle loi est prévue le 1er janvier 2009. La majeure partie des familles jurassiennes seront gagnantes et vont voir leurs allocations augmenter, mais les familles à un seul enfant seront péjorées en raison de la suppression de l’allocation de ménage de 138 francs par mois. Le droit fédéral ne la reconnaît plus.
Face à ce problème qui touche particulièrement les familles en situation financière délicate, soit un peu plus de 4%, le gouvernement a souligné ce matin qu’il entendait mener une véritable réflexion sur la politique familiale et qui ne se limite pas à la seule distribution d’allocations. Le conseil de la famille a d’ailleurs été mandaté le 15 mai pour mener ce mandat. /gk
Partager
Link
Météo