Art-liquidation ou comment gérer l'art

Qu’advient-il des œuvres après la mort des artistes? Si la question ne se pose guère lorsque le créateur dispose d’une notoriété internationale, l’héritage peut s’avérer plus compliqué lorsqu’il s’agit de peintres ou sculpteurs à la carrière régionale, dont les travaux attirent moins d’acquéreurs.

Une démonstration de liquidation signée Peter Fürst

Le sujet interpelle et il fera l’objet jeudi soir d’une table-ronde au Musée jurassien d’art et d’histoire de Delémont. A l’initiative de Nathalie Fleury, conservatrice, et Jean-Marc Voisard, délégué aux affaires culturelles, différents acteurs du domaine de l’art échangeront leur avis sur la question.
 
Peter Fürst, artiste installé à Séprais et lui-même fils d’artiste, mettra en scène sa vision des choses après une introduction de Jean-Claude Rennwald. Sa solution originale est à découvrir jeudi soir. Alain Tissot, musicien et fils du peintre prévôtois Roger Tissot, assurera la partie musicale et parlera de son expérience personnelle.

Parmi les autres participants, on pourra compter sur la présence de la ministre de la culture Elisabeth Baume-Schneider, Philippe Kaenel, professeur d’histoire de l’art à l’Université de Lausanne, et Valentine Reymond, conservatrice du Musée jurassien des Arts de Moutier.

Art-liquidation, une table-ronde qui se déroulera ce soir à 20h au Musée jurassien d’art et d’histoire de Delémont. /iq

Partager
Link
Météo