Les constructions individuelles compatibles avec le développement durable dans le Jura ?

L’utilisation du sol préoccupe de plus en plus les Suisses. Un sondage paru la semaine dernière le confirme. Plus de la moitié des personnes interrogées juge qu’il faut limiter l’extension des zones de construction. Une initiative a d’ailleurs été lancée il y a 6 mois par les milieux de protection de la nature, elle vise à instaurer un moratoire sur la surface globale des zones constructibles. Dans le Jura, cette problématique est également d’actualité. Deux interventions auront trait à l’aménagement du territoire mercredi au parlement jurassien. Le boom actuel des constructions individuelles est-il compatible avec le développement durable?

Boom il y a effectivement. La ville de Delémont annonçait la semaine dernière des investissements record au niveau notamment des maisons individuelles. Trente dossiers de construction ont été déposés l’an dernier. La tendance est clairement à la hausse. Pour l’heure, la demande concerne principalement la maison individuelle.

A l’échelle du canton, une forte hausse des demandes de permis a été constatée ces 2-3 dernières années. Mais les études menées lors de la révision du plan directeur cantonal montrent que dès 2020-2030, la demande diminuera.

Si les réserves actuelles en terrain à bâtir sont donc globalement suffisantes - elles permettent de construire plus de 2500 villas - c’est localement que la pénurie de terrain en zone à bâtir pourrait se faire sentir.

Le niveau des prix des terrains à bâtir dans le Jura explique en grande partie le boom des maisons individuelles. Ca peut aller jusqu’à 300 francs le mètre carré à Delémont, mais la moyenne tourne autour de 50 à 80 francs. C’est loin des 500 francs affichés dans la région de Laufon ou des 1000 francs le m2 de Bâle. Et pourtant ce seul facteur ne suffit pas à attirer des Bâlois. Pour les dix communes de l’agglomération delémontaine, 90 % des nouvelles constructions sont le résultat de mouvements internes. Seul 1% est l’œuvre de nouveaux arrivants bâlois.

Autre axe sur lequel le canton veut travailler : la réhabilitation des centres anciens. Avant d’élaborer une base légale à un programme d’incitation, l’option a été prise de lancer un projet pilote à Porrentruy. Ce qui devrait être fait cette année. /cg

Partager
Link
Météo