Un jurassien à la tête de la FSFM

Bernard Beuret a été élu président de la Fédération Suisse d’élevage du Franches-Montagnes par l’assemblée des délégués réunis mercredi après-midi à Riedholz dans le canton de Soleure.
L’actuel chef du Service de l’économie rurale du canton du Jura remplace Ernest Schlaefli qui arrive au terme de son mandat.
 
 
La sérénité de retour
 
L’assemblée a aussi permis à la Fédération de retrouver une certaine sérénité. La séance de cet après-midi n’avait rien à voir avec la réunion houleuse de l’an dernier.
Les délégués ont accepté sans broncher les comptes 2008 qui bouclent sur un bénéfice de 72'000 francs. Il faut dire qu’après les mauvais résultats de 2007, l’assemblée avait demandé au comité de la FSFM de serrer la vis. Le budget 2009 qui prévoit un bénéfice de 30'000 francs a lui aussi passé la rampe à l’unanimité.
 
 
La première du nouveau gérant
 
Cette assemblée était aussi une première pour Christophe Klopfenstein, le nouveau gérant de la Fédération. Dans son discours, il est revenu sur les quatre cas de problèmes d’ascendance qui ont ébranlé l’élevage du Franches-Montagnes. Un chiffre a été évoqué: 400 chevaux sont dans le collimateur de la FSFM suite à ces affaires. La Fédération suit tout cela de près, elle a d’ailleurs saisi la Justice pour escroquerie notamment.
 
 
Redonner sa crédibilité à l'élevage
 
Dans son discours, le nouveau président Bernard Beuret a indiqué vouloir redonner sa crédibilité à l’élevage du Franches-Montagnes. Il s’est montré conscient des difficultés qui attendent la FSFM ces prochaines années. Le cheval de la race Franches-Montagnes a une faible rentabilité, et des problèmes à l’exportation risquent d’envenimer la situation puisque la Confédération va supprimer ses mesures d’accompagnement au 1er janvier.
 
La tâche du nouveau président et de son comité (trois personnes ont été remplacées) n’est pas des moindres: assurer la viabilité de l’élevage. /fq
Partager
Link
Météo