Grogne autour de l’interdiction de fumer

Des nuages noirs semblent planer sur les bars de la région. Depuis le premier mai et la mise en vigueur de la loi contre le tabagisme passif, les débits de boisson jurassiens font la grimace.
 
 
Si le temps et la Coupe du monde de football n’arrangent en rien la situation, le constat est implacable. L’écrasante majorité des gérants contactés disent souffrir des nouvelles restrictions.
 
 
Seuls deux établissements fumeurs
 
A l’heure actuelle, dans le canton, seuls deux établissements ont reçu l’autorisation de rester fumeur. Plusieurs autres ont fait la demande auprès du Service des arts et métiers. Demandes qui leur ont été refusées. Ces établissements ne respectent pas les conditions posées par loi, notamment en termes de surface – moins de 80 mètres carré – ou de ventilation, nous a expliqué Jean Parrat, hygiéniste cantonal.
 
Plusieurs établissements ont décidé d’installer un fumoir. Difficile de connaitre leur nombre précis. En effet, aucune autorisation n’est nécessaire dans ce cas.
 
 
Les propriétaires de bars en colère
 
Parmi les établissements contactés, ce sont avant tout les bars qui disent connaître une baisse significative de leur clientèle.
Patrick Brosy, propriétaire du Suisse à Porrentruy, se montre particulièrement virulent vis-à-vis de la loi sur le tabagisme passif. Il s’insurge contre une décision aux conséquences dramatiques pour les gens du métier. L’érosion de sa clientèle lui fait dire qu’un durcissement de la loi le pousserait à mettre la clé sous la porte.
 
Plusieurs propriétaires multiplient les efforts financiers pour contenter les fumeurs. Terrasses abritées, auvents, parois de séparations sont installés pour faire face à cette désertion latente.
Ils sont cependant nombreux à avoir renoncé dans un premier temps à installer un fumoir. La perspective d’une loi plus restrictive ne les incite pas à investir dans un système d’aérations coûteux. Une initiative de la ligue pulmonaire en ce sens ayant abouti.
 
 
Ambiance moins morose dans les restaurants
 
Selon les restaurateurs contactés, les prestations offertes permettent plutôt aux clients autrefois dérangés par la fumée lors des repas de respirer l’air pur en faisant bonne chair.
 
Toutefois il semble encore un peu prématuré de tirer des conclusions. C’est en tout cas, l’avis du président de Gastro Jura, Yves Rondez. Il rappelle que la nouvelle loi n’est entrée en vigueur qu’il y a six semaines. Un sondage sera prochainement lancé auprès des membres de l’association pour connaître les conséquences exactes de l’interdiction. /gco-fqu
Partager
Link
Météo