L’économie forestière de la région subit les effets de la crise des subprimes

forêt

Malgré cela, le marché du bois se porte pour l’instant plutôt bien, notamment pour les résineux. Leurs prix ont à nouveau atteint ceux d’avant Lothar. Ils ont grimpé de 30% ces deux dernières années: le mètre cube est passé de 80 francs il y a deux ans à 110 francs actuellement.

La crise des subprimes touche l’économie forestière jurassienne

Toutefois, ce marché évolue dans un contexte de forte instabilité. La crise immobilière aux Etats-Unis, la crise des subprimes, a eu un impact sur l’économie forestière de la région. Comme nous l’a expliqué Didier Adatte, collaborateur à l’Association Jurassienne d’Economie Forestière, la crise immobilière aux Etats-Unis a quasi fait disparaître le marché du bois dans ce pays. Comprenez par là que les grosses scieries européennes, basées notamment en Autriche et en Allemagne ne peuvent plus exporter leur bois outre-Atlantique. Et ce bois se retrouve sur le marché européen. Comme le marché du bois est fortement globalisé, l’économie jurassienne subit de plein fouet la concurrence. L’offre augmente, et les prix baissent. Il est extrêmement difficile de savoir comment ce marché va évoluer.

Et le marché du bois feuillu?

Le marché du bois feuillus a lui toujours du mal à décoller dans le Jura. Le hêtre constitue 90% de ce marché. Et cette essence n’a plus le vent en poupe. Les prix ont chuté depuis la tempête Lothar en 1999. Parmi les feuillus, seuls les bois foncés, comme le chêne, connaissent aujourd’hui une appréciation. /pc

Partager
Link
Météo