Une motion qui suscite la polémique chez les députés

Passe d’armes cet après-midi à la tribune du Parlement jurassien. Le débat autour de la prise en charge des frais de remplacement pour mandat politique des enseignants jurassiens a suscité un débat plutôt vif. Partisans et opposants de la motion présentée par le groupe démocrate-chrétien se sont affrontés sur un sujet qui pour beaucoup doit déboucher sur une réflexion plus globale destinée à permettre à tout un chacun d’exercer le mandat de député.

Le PDC a demandé que l’exécutif fasse en sorte que ces frais de remplacement soient pris en charge exclusivement par les enseignants qui ont un mandat de député, histoire de respecter l’égalité de traitement avec les autres élus au Parlement. Le Gouvernement a proposé d’accepter la motion en précisant que les frais de remplacement engagés en 2005 et 2006 se montaient à près de 40 000 francs.
 
Dans une prise de position envoyée le 16 novembre au Gouvernement et aux membres du bureau du Parlement, les députés enseignants membres du SEJ avaient souhaité la transformation de la motion en postulat pour de nombreuses raisons. Ils y voyaient notamment le risque d'une inégalité entre enseignants.
Comme l'a expliqué hier le député et secrétaire du SEJ Rémy Meury, les enseignants ne sont pas des profiteurs. Aucun député n’est rémunéré à double. Tous s’arrangent pour que leur temps de présence soit pris sur des heures de congé.

Au vote, la motion a été refusée par 28 voix contre 25. /gk

Partager
Link
Météo