La protection des données parent pauvre dans le Jura

Pas assez de moyens dans le Jura pour la Commission cantonale de protection des données... Dans son rapport annuel qui passera mercredi devant le Parlement, son président estime une fois encore que la commission ne dispose pas des ressources nécessaires en terme de personnel pour accomplir ses tâches légales correctement.
 
La loi jurassienne sur la protection des données est entrée en vigueur en 1987. Plus de 20 ans après, la commission chargée de contrôler notamment la légalité de ce qui s’échange au sein de l’administration n’a plus assez de temps pour exécuter correctement son travail. Aujourd’hui, la commission cantonale de protection des données n’arrive tout simplement plus à jouer son rôle d’autorité de surveillance.
 
Une des solutions à l’étude serait de mettre sur pied une collaboration entre le Jura et Neuchâtel. Il s’agirait à terme de créer une institution intercantonale. Cette solution pourrait être satisfaisante pour le président de la CPD. Il n’a en revanche pas d’autres informations sur l’avancement du dossier. La création d’un demi-poste de préposé à la protection des données dans le Jura a déjà été demandée, mais n’a pas été retenue pour des raisons financières. /gkl
Partager
Link
Météo