De l’intérêt pour le concept d’AirPark à Bressaucourt

Le concept de Swiss AirPark à Bressaucourt n’a pas déclenché de véritable opposition lors de l’assemblée d’information qui avait lieu ce mardi soir dans le village qui doit accueillir le futur aérodrome du Jura. Avec beaucoup de prudence, les promoteurs de la société Esplanade ont informé la cinquantaine de personnes qui avait fait le déplacement de l’état d’avancement du dossier.
 
Un quartier pour des passionnés
 
Le projet qui pourrait voir le jour à Bressaucourt prévoit la construction d’une vingtaine de maisons équipées de garages pour avion et reliées à la piste du futur aérodrome. Sept hectares de terres agricoles devraient être dézonés pour réaliser une opération qui n’en est même pas encore à l’état de pré-projet. Les clients potentiels sont des passionnés d’aviation, ce sont des gens aisés, mais pas des milliardaires ont expliqué les promoteurs.
 
L’étude de faisabilité a débuté en septembre 2008. L’année 2009 a été consacrée aux rencontres avec la coopérative qui gère le projet d’aérodrome, mais aussi avec les propriétaires des terrains concernés, les autorités communales et les autorités cantonales. La rencontre de ce mardi soir devait permettre aux promoteurs de prendre la température auprès de la population de Bressaucourt.
 
Il n’y a pas eu de franche opposition contre la construction d’un AirPark qui pourrait devenir un nouveau quartier du village. Certains riverains ont bien esquissé quelque méfiance au sujet de la pollution que pourrait engendrer une telle réalisation. D’autres ont aussi voulu des garanties sur le respect des règles établies au sujet du trafic prévu sur l’aérodrome du Jura.
 
Pas de clients, pas de projet
 
Les promoteurs ont été très clairs. Le projet ne sera pas lancé si une bonne partie des 20 maisons n’a pas trouvé preneur. Pour l’instant, une dizaine de pilotes seraient intéressés par le projet de Bressaucourt. S’ils veulent s’y établir, ils devront suivre les règles établies pour l’aérodrome du Jura. Ils n’auront aucune dérogation et devront signer des conventions qu’ils ne pourront pas discuter.
 
La décision sur la poursuite de l’étude de faisabilité sera prise d’ici cet été avant l’élaboration d’un pré-rapport qui devra être adopté par une assemblée communale d’ici la fin de l’année avant de recevoir plus tard l’aval du Gouvernement. La présentation et l’adoption d’un plan spécial pourraient avoir lieu au milieu de 2012. Dans le meilleur des cas, les travaux commenceraient au début 2013. /gkl
Partager
Link
Météo