La sécurité sanitaire devant les députés

Un sujet sensible pour le Parlement jurassien… Les députés vont se pencher ce mercredi sur la sécurité sanitaire. En réponse à une motion radicale acceptée par les députés il y a tout juste un an, le Gouvernement propose au législatif un message qui doit ancrer la sécurité sanitaire dans la loi.
 
Pour mémoire, la modification du Plan hospitalier jurassien accepté en février 2009 avait suscité de nombreuses craintes en Ajoie. Elle a d’ailleurs entrainé le lancement et la remise d’une initiative populaire cantonale munie de 2668 signatures.
 
Selon le Gouvernement, les modifications de la loi sur les hôpitaux et du plan hospitalier sont censés répondre de façon appropriée à l’ensemble des questions soulevées par les différentes interventions politiques.
 
Des urgences renforcées
 
Premier point inhérent au plan hospitalier adopté en 2002, une surveillance post-opératoire sera désormais assurée à Porrentruy. Cette disposition n’était pas précisée jusqu’à présent.
 
Autre élément très important, le nouvel article 12 de la loi sur les hôpitaux qui remonte à 1994 déjà. Cet article stipule qu’un service d'urgence 24 heures sur 24 est organisé sur les trois sites de l'Hôpital du Jura qui assure à cet effet un service d'urgence préhospitalière, entendez par là un service de sauvetage.
 
Ce service comprend aussi une véritable centrale d'appels où aboutiront tous les appels effectués au moyen du numéro 144. L’article 12 parle aussi de coopération avec les cantons et pays limitrophes de la République et Canton du Jura. Elle devrait aller en s'intensifiant depuis la conclusion d'une convention de coopération entre le Centre hospitalier de Belfort-Montbéliard et l'Hôpital du Jura et le projet de créer une Centrale d'appels avec le Canton de Berne.
 
Tout cela aura évidemment un coût estimé à 1,7 million de francs pour l’année 2010. Il faudra financer l'augmentation des dotations du service d'urgence, la formation de base et la formation continue du personnel ainsi que les moyens mis en œuvre pour la centrale d’appels.
 
Plus de tabac pour les -18 ans
 
Le Parlement devra aussi traiter mercredi plusieurs motions. L’une d’entre elle demande l'interdiction de vendre du tabac aux jeunes âgés de moins de 18 ans révolus. Une autre veut interdire la mendicité sur le territoire cantonal.
 
Vous pourrez suivre l’intégralité des débats en vidéo sur notre site internet et ne manquez pas les questions orales dès 8h30 sur RFJ. /gkl 
Partager
Link
Météo