Une nouvelle fédération pour défendre la pureté du cheval Franches-Montagnes

C’est la scission chez les éleveurs de la race Franches-Montagnes. La fédération suisse ne sort pas de la tourmente. Après le refus d’un nouveau règlement et l’affaire avec son gérant, elle doit faire face à la création d’une section dissidente aux Reussilles, qui souhaite établir des règles strictes pour le maintien d’une race la plus pure possible.

Historique

En avril dernier, la FSFM proposait un nouveau règlement d’élevage. Mais le texte n’obtenait pas les deux tiers des votes nécessaires à son adoption. Une majorité des syndicats du Jura reprochaient à ce règlement une trop grande liberté dans l’admission de chevaux ne répondant pas en tous points au programme standard. Autre reproche évoqué: la trop grande compétence accordée aux gérants de la fédération.

Les opposants avaient alors émis leur propre proposition de règlement, un peu plus restrictif, qui n’avait pas davantage réussi à obtenir les deux tiers des voix. Aucun règlement n’ayant été accepté, la situation aboutit donc à un statu quo.

Les dissidents

C’est ce qui a poussé certains éleveurs, partisans du maintien d’une race pure, à créer une nouvelle fondation. Les initiateurs craignaient que des croisements inopportuns n’aboutissent à la disparition totale de la race. Les membres du comité de la nouvelle entité, tous originaires de Suisse allemande, n’ont cependant pas réussi à convaincre des éleveurs jurassiens ou de Romandie à se joindre à leur cause, du moins pour l’instant. Ils ont néanmoins décidé de baser leur gérance aux Reussilles, souhaitant ancrer leur fédération dans la région d’origine de ces chevaux.

La Fédération suisse

De son côté, la Fédération suisse n’est pas opposée à la conservation d’une partie du cheptel en race pure. Elle planchera cet automne sur de nouveaux règlements et envisage dans ce cadre une cohabitation entre le standard de la race actuelle et une section de race pure. La Fédération suisse craint pour l’instant les conséquences d’une scission en plusieurs fédérations, au point de vue économique et zootechnique. Selon son vice-président Bernard Beuret, il devrait être possible de réunir tous les protagonistes autour de la table. Reste à savoir si les différentes opinions pourront être réconciliées. /iq

Partager
Link

Galerie photos liée

08.01.2016
Météo