Feu vert à la révision de la loi sur la CPJU

La loi sur la caisse de pensions adoptée ce mercredi par le Parlement jurassien doit permettre de résorber les difficultés financières dues au découvert structurel dont souffre la Caisse de pensions de la République et Canton du Jura depuis plusieurs années.
Elle a été acceptée par 37 voix contre 0.
 
Selon le Gouvernement, les difficultés conjoncturelles de l’établissement en raison de la crise actuelle des marchés financiers fera l’objet d’une analyse ultérieure d’ici 18 à 24 mois. Le débat très technique a duré plus de 2 heures. La loi prévoit un effort important de la part des assurés. Ils verront leurs charges augmenter de cinq à huit millions de francs.
 
Les députés ont notamment accepté par 37 voix contre 15 que le bénéficiaire d’une pension de retraite puisse demander qu’une part de 50% au maximum de sa prestation de libre passage lui soit versée sous forme de capital, au lieu de 25% comme c’est le cas actuellement. Cette disposition répondait à une demande des assurés selon le Gouvernement et une majorité de la commission de gestion et des finances.
 
Par 39 voix contre 17, les députés ont aussi accepté que le Conseil d’administration décide chaque année du principe et du taux de renchérissement des pensions en fonction de plusieurs critères inscrits dans la loi. Le Parlement n’a pas voulu d’une certaine automaticité du renchérissement des rentes comme l’aurait souhaité une minorité des élus.
 
Le Parlement a aussi décidé par 35 voix contre 20 de porter le montant de la cotisation de l’assuré à 10,1 % du traitement assuré. L’Etat et les institutions affiliées verseront mensuellement à la caisse de pensions une cotisation de 12,9% de la somme des traitements assurés de leur personnel affilié ayant plus de 22 ans révolus. /gk
Partager
Link
Météo