Horlogerie: 2009 moins mauvaise que redouté

La Convention patronale de l'industrie horlogère se montre presque déçue en bien. Le recensement 2009 du personnel de la branche, communiqué ce mercredi matin, déjoue les pronostics. La baisse se chiffre à seulement 7,9% par rapport à l’année précédente. Vingt entreprises ont disparu en 2009.
 
La crise est passée par là, mais elle a fait moins de dégâts que prévu
 
La Convention patronale horlogère s’en réjouirait presque. Certes, les chiffres présentent une baisse de 8% des effectifs, certes, 20 entreprises ont dû fermer boutique… Mais les patrons horlogers se satisfont de cette situation au 30 septembre 2009, finalement moins grave que pronostiquée. Les chiffres 2008 – chiffres record – accentuent cette baisse. Car si l’on compare 2007 et 2009, l’effectif se montre stable.
 
La Convention patronale horlogère note que les coupes ont touché plus particulièrement les secteurs de production, mais elle table sur un avenir serein. Le personnel qualifié – préservé grâce au chômage partiel – et le nombre d’apprentis – seule catégorie qui progresse – laisse présager d’une main d’œuvre de plus en plus qualifiée à l’avenir. La Convention Patronale a donc de quoi se frotter les mains même si la crise, entre 2008 et 2009, a laissé 4'200 employés sur le carreau.
 
Neuchâtel en tête
 
A noter que la statistique confirme que Neuchâtel conserve son rang de canton horloger par excellence. Il concentre à lui seul plus de 27% des effectifs, soit près de 13'300 travailleurs, et un tiers des entreprises. Derrière Neuchâtel, figurent dans l'ordre Berne (20% des postes), Genève (17%), Jura (10%). /tsc
Partager
Link

Galerie photos liée

14.11.2009
Météo